Lausanne: Les lesbiennes réclament davantage de visibilité
Publié

LausanneLes lesbiennes réclament davantage de visibilité

Les femmes qui aiment les femmes se sont mobilisées à Lausanne, samedi, pour revendiquer plus de droit.

1 / 5
Les lesbiennes et leurs alliés ont réclamé le droit à la procréation médicalement assistée (PMA) à Lausanne. (Samedi 27 avril 2019).

Les lesbiennes et leurs alliés ont réclamé le droit à la procréation médicalement assistée (PMA) à Lausanne. (Samedi 27 avril 2019).

Keystone
La Marche a été ponctuée par un kiss-in à la Place de la Palud, à Lausanne. (Samedi 27 avril 2019).

La Marche a été ponctuée par un kiss-in à la Place de la Palud, à Lausanne. (Samedi 27 avril 2019).

Keystone
Les pancartes des femmes étaient bien colorées lors de la marche des lesbiennes. (Samedi 27 avril 2019).

Les pancartes des femmes étaient bien colorées lors de la marche des lesbiennes. (Samedi 27 avril 2019).

Keystone

Lausanne a accueilli samedi la deuxième édition de la Marche pour la visibilité des lesbiennes. Quelque 150 personnes ont revendiqué les mêmes droits et chances pour cette minorité peu vue et peu entendue dans la société.

La Marche, ponctuée par un kiss-in à la Place de la Palud, a fédéré les participants autour de plusieurs problématiques, notamment celle de la santé sexuelle. Dans ce domaine, les lesbiennes et les autres femmes qui aiment les femmes restent encore oubliées des campagnes de prévention.

Cette invisibilité a des impacts sur leur santé, leur accès aux soins et leur prise en charge par les professionnels. Ce constat vaut également pour les personnes trans et intersexes qui subissent des discriminations spécifiques.

Au niveau politique, les lesbiennes et leurs alliés ont réclamé le droit à la procréation médicalement assistée (PMA), la rente de veuve, le mariage civil ou encore la protection contre les violences et discriminations. Car se revendiquer lesbienne est aussi un combat, celui de femmes subissant non seulement le sexisme, mais aussi la lesbophobie.

Deuxième du genre après une première édition à Berne l'an dernier, la marche était organisée par les associations Klamydia's, LOS and Pink Cross, VoGay et Lilith, l'association vaudoise des femmes homosexuelles.

(ats)

Votre opinion