Basketball - Les Lions ont piétiné avant de griffer Starwings
Publié

BasketballLes Lions ont piétiné avant de griffer Starwings

Quatre jours après leur victoire en Coupe, les Genevois remportent sans briller le premier acte de leur quart de finale des play-off.

par
Pascal Bornand
(Genève)
Le Genevois Natan Jurkovitz (au centre) s’inflitre dans la défense bâloise.

Le Genevois Natan Jurkovitz (au centre) s’inflitre dans la défense bâloise.

Freshfocus

Ce n’est encore qu’un petit pas, loin de l’objectif suprême, mais c’est le premier et aux yeux d’Andrej Stimac, il est important. En prenant la mesure de Starwings, les Lions de Genève sont entrés de plain pied dans une autre réalité. La Coupe de Suisse est derrière eux, elle trône au Pommier, vertige d’une finale de folie contre Olympic. Place aux play-off, à leur propre vérité. Ici, un coup d’éclat ne suffit pas. Il faut de la persévérance et de la pugnacité pour ne pas tomber dans le piège. De la fraîcheur d’esprit pour écarter des rivaux supposés moins forts, mais d’autant plus dangereux qu’ils n’ont rien à perdre.

Des bulles dans la tête

Ainsi est apparu Starvings, sans complexe, accrocheur en diable, longtemps porté par la réussite de ses shooteurs longue distance, Milon et Mlenkovic. Face à la crânerie des Bâlois, à leur défense de zone, aux bras tentaculaires du géant sénégalais Sane sous les panneaux, Tim Derksen et ses coéquipiers n’ont pas été à la fête. En première mi-temps, à force de balbutier leur basket, de confondre vitesse et précipitation, de commettre des bourdes à la pelle, ils ont même frisé le code. Pas facile d’échapper à la griserie d’un triomphe! «Il y avait encore des bulles dans les têtes», glisse Imad Fattal, un président bienveillant. «On avait surtout les jambes lourdes», plaide Roberto Kovac.

Le plus dur est fait

Maladroits et besogneux, souvent houspillés par leur coach, les Lions de Genève s’en sont tout de même sortis sans trop de mal. La richesse de leur banc est une ressource inépuisable. Les coups de griffes d’Ivanov et les coups de pattes de Kovac une force implacable. Surtout lorsqu’en face, l’adversaire s’épuise à courir après le score et lâche prise inexorablement. «Il fallait être patient et retrouver notre lucidité. Quand Starwings a desserré son étreinte, il a suffi que l’on ajuste nos tirs pour faire la différence», note Kovac.

Pour le vainqueur de la Coupe, le plus dur est sans doute fait. Il a assuré le coup au Pommier, il ne lui reste plus qu’à enfoncer le clou vendredi à Birsfelden. «On doit finir le boulot en deux matches, comme ça on aura plus de temps pour souffler et préparer notre demi-finale», affirme Imad Fattal. C’est un mot d’ordre!

Lions de Genève - Starwings 85-66 (44-38)

Salle du Pommier, 50 spectateurs.

Arbitres: MM. Herbert, Jeanmonod et Curty

Lions de Genève: Sabeckis (5), Ivanov (14), Nzege (9), Th. Jurkovitz (3), Derksen (14). Maruotto (2), Williamson (3), N. Jurkovitz (4), Jaunin (9), Kovac (20), Chabouh (2).

Starwings Bâle: Burns (15), Krill (5), Sane (10), Mlenkovic (11), Davet (6). Milon (19), Haile, Pausa.

Prochain match (acte 2): vendredi à 19 h 30 à Birsfelden.

Fribourg et Neuchâtel cartonnent

Dans les autres matches de la soirée, Fribourg Olympic (2e de la saison régulière) n’a pas eu trop de peine à se défaire de Boncourt (7e). Auteurs d’un départ canon (13-0), les récents finalistes de la Coupe de Suisse n’ont jamais été inquiétés par les Jurassiens et après un quart temps, le match était déjà plié (31-5). Au final, Olympic s’est largement imposé 105-53, grâce notamment aux performances de choix de Boris Mbala (24 points) et Alexander Hart (18 points, 11 rebonds).

De son côté, Monthey (5e) a été battu par Union Neuchâtel (4e). À la Riveraine, les Valaisans ont craqué dans le deuxième quart temps (33-20). Malgré un sursaut d’orgueil après la pause, la marche était trop haute pour les Montheysans, battus 108-67. Vernon Taylor et Xavier Ford (41 points à eux deux) ont été les grands artisans du succès neuchâtelois.

Dans le derby tessinois, Massagno (3e) n’a pas non plus fait de détail contre Lugano (6e) en corrigeant son rival cantonal (107-68). Tous les joueurs de Massagno ont participé à la fête en inscrivant leur nom sur la feuille des scoreurs.

L’acte II des quarts de finale aura lieu le vendredi 14 mai (19h30). Les séries se disputent au meilleur des trois matches.

Votre opinion