12.11.2020 à 12:48

SuisseLes logements en location touchés par des taux de vacance élevés

Le taux de vacance des logements en location continue de progresser, notamment poussé par une activité de construction toujours solide.

Dans les villes de taille moyenne «le nombre de logements vides a été multiplié par près de 2,5 ces dix dernières années et la tendance est toujours en forte hausse», selon Raiffeisen (archives).

Dans les villes de taille moyenne «le nombre de logements vides a été multiplié par près de 2,5 ces dix dernières années et la tendance est toujours en forte hausse», selon Raiffeisen (archives).

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

Les logements destinés à la location sont particulièrement touchés par des taux de vacance élevés, alors que les biens en propriété sont rarement vacants. L’évolution reflète notamment une forte demande et des conditions de financement avantageuses.

Mi-2020, le taux de vacance moyen en Suisse s’élevait à 1,72% et à seulement 0,57% pour les logements en propriété, selon une étude publiée jeudi par Raiffeisen.

«Au vu de l’environnement de taux bas et de l’offre très faible, cette situation ne devrait pas changer de sitôt», a indiqué Martin Neff, économiste en chef de Raiffeisen, l’un des principaux fournisseurs d’hypothèques dans la Confédération.

Sur le segment du logement en location, le taux de vacance atteint par contre 2,76%, notamment poussé par une activité de construction toujours solide. «Ce qui est inquiétant, c’est que (le taux de vacance) augmente là où il y a déjà de nombreux logements vides», a souligné M. Neff. Conséquence de cette évolution, les loyers se retrouvent sous pression, surtout pour les appartements plus anciens.

Toujours en forte hausse

Alors que les grands centres urbains autour de l’Arc lémanique, ainsi que la région zurichoise et bâloise affichent de faibles taux de vacance dans l’immobilier de location, des cantons comme Soleure (6,5%), le Valais (5,4%) et Appenzell Rhodes-Intérieures (5,3%) ont du mal à trouver des locataires pour leurs appartements.

Dans les villes de taille moyenne «le nombre de logements vides a été multiplié par près de 2,5 ces dix dernières années et la tendance est toujours en forte hausse», a constaté Raiffeisen.

Concernant l’immobilier en propriété, la situation est toute autre. Le faible taux de vacance s’explique par une activité de construction limitée dans ce segment, alors que la demande reste soutenue grâce à des conditions de crédit avantageuses.

Des différences régionales existent cependant. Les cantons du Valais et du Jura affichent ainsi des taux de vacance supérieurs à 1% pour les appartements ou maisons en propriété, alors qu’ils se situent au-dessus de la moyenne au Tessin, en Argovie, ainsi que dans les cantons de Vaud et de Glaris. Les villes de Genève et Zurich, les deux cantons de Bâle et Appenzell Rhodes-Intérieures affichent par contre peu de disponibilité.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
5 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Chris Debrabant

12.11.2020 à 14:12

Qui peut encore payer les loyers exorbitants, indexés sur un taux hypothécaire actuellement très bas (1,25%) et susceptible de repartir à la hausse ? Par ailleurs, la crise déclenchée par les mesures sanitaires ont conduit de nombreux travailleurs étrangers à quitter la Suisse, laissant des appartements inoccupés, outre les biens commerciaux qui partent en vrille... Une falaise de Sénèque à notre porte.

Vieux Lausannois

12.11.2020 à 13:26

Il faut voire pour arrêter de construire des appartements que personnes ne peut se payer. Les salaires diminues, mais les loyers sont exorbitants la caisse maladie augmente comment vous les vont que l'ont s'en sorte. On paye les loyers pour les restaurants et pour l'ouvrier que Nani.

NOSTRA

12.11.2020 à 13:11

Sur un immeuble de 10 appartement , si seul 3 sont loués ça devient rentable...les propriétaires vous remercies ...