07.06.2015 à 18:49

RéférendumLes Luxembourgeois refusent d'étendre le droit de vote aux étrangers

Les Luxembourgeois se sont prononcés massivement dimanche contre l'élargissement du droit de vote des étrangers lors d'un référendum sur le sujet.

Le référendum proposait l'élargissement du droit de vote des étrangers. (Photo d'illustration)

Le référendum proposait l'élargissement du droit de vote des étrangers. (Photo d'illustration)

AFP

Un oui aurait eu pour conséquence d'augmenter de quelque 50% l'électorat du pays et créer un précédent dans l'Union européenne (UE). Environ 78% des électeurs ont rejeté la proposition soutenue par le Premier ministre du pays, Xavier Bettel, un libéral arrivé au pouvoir il y a 18 mois à la faveur d'élections qui ont mis fin à plusieurs décennies d'administration par les conservateurs.

Dans le cadre d'un programme de réformes du pays, Xavier Bettel entendait également abaisser l'âge du droit de vote de 18 à 16 ans et instaurer une limite de 10 ans à des mandats de ministres. Ces deux autres propositions ont également été rejetées, la première à 81% et la seconde à 70%.

Le Premier ministre a reconnu son échec. «Le message est clair et a été très bien compris. Ce n'est pas un succès pour les partis du gouvernement. On respectera le résultat», a-t-il indiqué lors d'une brève allocution.

M. Bettel, à la tête d'un gouvernement de coalition avec les socialistes et les Verts, avait fait campagne jusqu'à samedi en faveur du oui, plaidant pour «plus de démocratie (...) la jeunesse» et «la diversité». «Il n'y aura pas un avant et un après référendum», a-t-il regretté. «Mais il n'y a qu'un Luxembourg, qu'une société où l'on doit vivre ensemble», a-t-il estimé dimanche soir.

Près de la moitié d'étrangers

Si le oui l'avait emporté, le parlement aurait été amené à définir des modifications constitutionnelles qui auraient dû à leur tour être ratifiées par un deuxième scrutin.

Les derniers sondages avaient laissé entrevoir un léger avantage pour le camp du non, soutenu par le parti de Jean-Claude Juncker, devenu président de la Commission européenne après être resté 19 ans aux commandes du Luxembourg. Les conservateurs estiment que les étrangers installés depuis longtemps au Luxembourg devraient demander la citoyenneté du pays.

Près de la moitié des 540'000 habitants du Luxembourg est étrangère (46%), avec nombre d'Italiens et de Polonais. Quelque 150'000 autres personnes viennent tous les jours d'Allemagne, de France et de Belgique pour travailler dans le secteur financier.

Les pays de l'UE permettent aux ressortissants de l'UE de participer à des scrutins locaux. En cas de oui, le Luxembourg aurait été le premier membre de l'UE à accorder aux étrangers un droit de vote similaire à ceux des nationaux.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!