26.10.2020 à 17:45

ÉtudeLes malades du cancer regrettent un manque d’informations

Une étude menée en Suisse romande auprès de 2755 personnes atteintes du cancer relève certaines lacunes concernant l’information aux patients.

L’enquête a été menée auprès de plus de 2000 patients au CHUV à Lausanne, aux HUG à Genève ainsi qu’à l’Hôpital fribourgeois et du Valais. (Photo d’illustration)

L’enquête a été menée auprès de plus de 2000 patients au CHUV à Lausanne, aux HUG à Genève ainsi qu’à l’Hôpital fribourgeois et du Valais. (Photo d’illustration)

KEYSTONE

Les personnes atteintes de cancer sont globalement satisfaites de leur prise en charge dans les hôpitaux romands. Elles regrettent toutefois un manque d’informations, montre une enquête menée auprès de plus de 2000 patients au CHUV à Lausanne, aux HUG à Genève ainsi qu’à l’Hôpital fribourgeois et du Valais.

Les participants à l’enquête ont adressé une note de 8,5 sur 10 à l’ensemble de la prise en charge. Les meilleurs points sont allés aux examens diagnostiques, aux contacts avec les infirmiers cliniciens spécialisés et aux soins reçus lors des hospitalisations ou traitements ambulatoires, relèvent lundi les auteurs de l’étude, Unisanté et l’Institut universitaire de formation et de recherche en soins (IUFRS).

Certaines lacunes

Menée entre janvier et juin 2018, cette enquête montre néanmoins certaines lacunes lorsqu’il s’agit d’informer les patients. Par exemple, 46% des participants à l’étude déclarent n’avoir pas été informés qu’ils pouvaient venir accompagnés par un proche à l’annonce de la maladie.

La moitié d’entre eux estiment aussi n’avoir pas été suffisamment informés des effets indésirables du traitement. En termes de suivi, 40% des répondants ont jugé qu’ils n’avaient pas assez reçu de soutien de la part des services de santé ou sociaux, lorsqu’ils en avaient besoin.

Mesure à grande échelle

Sur les 3121 personnes ayant répondu au questionnaire, 2755 étaient atteintes par au moins un des cancers ciblés par l’enquête et ont donc été incluses dans les analyses.

«Malgré l’intérêt grandissant pour la qualité des soins oncologiques, il n’existait jusqu’ici aucune mesure à grande échelle du vécu des patients atteints de cancer en Suisse», indique le communiqué. Il ajoute que les hôpitaux partenaires de l’enquête ont déjà pris des mesures pour améliorer le parcours de soins.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!