10.08.2020 à 10:48

Election au BélarusLes manifestants, des «moutons téléguidés depuis l’étranger»

Selon le président Loukachenko, «des marionnettistes en Tchéquie» ont ordonné à l'opposition de «faire sortir les gens dans la rue et de demander des négociations pour un transfert du pouvoir».

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko lors de son discours annuel à la nation et aux législateurs à Minsk, le 4 août 2020.

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko lors de son discours annuel à la nation et aux législateurs à Minsk, le 4 août 2020.

AFP

Le président du Bélarus Alexandre Loukachenko a affirmé lundi que les manifestations, violemment réprimées contre sa réélection controversée la veille, étaient «téléguidées» depuis l'étranger, martelant qu'il ne laissera pas son pays être «mis en pièces». «Nous avons enregistré des appels depuis l'étranger. Depuis la Pologne, la Grande-Bretagne, et de République tchèque, ils y avaient des appels pour téléguider, excusez l'expression, nos moutons», a-t-il déclaré, selon l'agence d'Etat Belta.

«Nous ne leur permettrons pas de mettre le pays en pièces», a-t-il encore dit au sujet des manifestants. Selon lui, «des marionnettistes en Tchéquie» ont ordonné à l'opposition de «faire sortir les gens dans la rue et de demander des négociations pour un transfert du pouvoir».

Les résultats officiels accordant 80% des voix à M. Loukachenko ont été rejetés par la candidate de l'opposition Svetlana Tikhanovskaïa, qui a demandé que le président cède le pouvoir et a revendiqué la victoire.

«Nous allons nous occuper de chaque personne qui provoque, qui pousse (les jeunes bélarusses) aux débordements. Je pense qu'on va leur remettre le cerveau à l'endroit», a-t-il encore lâché.

«Il doit céder le pouvoir»

Svetlana Tikhanovskaïa, qui a émergé en quelques semaines comme une rivale inattendue du chef de l'Etat Alexandre Loukachenko, aux commandes du Bélarus depuis 26 ans, a dénoncé un scrutin falsifié, après l'annonce de la victoire du sortant avec 80% des voix. «Le pouvoir doit réfléchir à comment nous céder le pouvoir. Je me considère vainqueur de ces élections», a dit devant la presse la jeune femme de 37 ans, novice en politique, alors que la commission électorale lui a attribué 9,9% des suffrages.

Elle a accusé le régime de «se maintenir par la force» au pouvoir, en référence à la répression dans des dizaines de villes de manifestations dans la nuit de dimanche à lundi, notamment à Minsk, où des milliers de manifestants ont essuyé des tirs de grenades et de balles en caoutchouc.

L’UE veut un décompte «exact»

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a condamné lundi la répression en cours au Bélarus et réclamé un décompte «exact» des votes exprimés pour la présidentielle après l'annonce par le régime d'une victoire écrasante de Loukachenko.

L'Allemagne a par ailleurs exprimé lundi de «sérieux doutes» sur le déroulement de l'élection présidentielle au Bélarus qui a conduit à la réélection du président Alexandre Loukachenko, sur fond de soupçons de fraudes et de manifestations contre le pouvoir.

(AFP/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!