Publié

BruxellesLes manifestants dispersés sous le jet des canons à eau

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont défilé contre l'austérité vendredi à Bruxelles. Des violences ont éclaté lors de la manifestation.

1 / 12
Des milliers de personnes ont manifesté contre l'austérité à Bruxelles. (4 avril 2014)

Des milliers de personnes ont manifesté contre l'austérité à Bruxelles. (4 avril 2014)

Reuters
Un policier blessé au visage par un jet de pierre. (4 avril 2014)

Un policier blessé au visage par un jet de pierre. (4 avril 2014)

Keystone
Des milliers de personnes ont manifesté contre l'austérité à Bruxelles. (4 avril 2014)

Des milliers de personnes ont manifesté contre l'austérité à Bruxelles. (4 avril 2014)

Keystone

Plusieurs dizaines de milliers de manifestants d'une vingtaine de pays européens ont défilé vendredi à Bruxelles pour dénoncer «l'austérité». Ils ont réclamé aux dirigeants de l'Union européenne (UE) une «autre voie», plus sociale, pour l'Europe.

La première «euro-manifestation» de l'année a rassemblé «plus de 52'000 personnes de 21 pays», s'est réjouie Bernadette Ségol, la secrétaire générale de la Confédération européenne des syndicats (CES), qui misait sur la présence de 40'000 personnes. Ils étaient 25'000 selon la police.

«Notre message est simple, mais c'est un message que les responsables européens ne veulent pas entendre. Leurs politiques en réponse à la crise financière ne suffisent pas et ont en réalité aggravé la crise sociale et économique. Notre message est que l'austérité ne fonctionne pas», a-t-elle expliqué.

L'objectif du rassemblement est «d'offrir une nouvelle voie à l'Europe, sans austérité, mais avec des investissements forts pour une croissance durable et des emplois de qualité», a commenté de son côté Emanuela Bonacina, porte-parole de la CES. Elle veut appeler les citoyens à voter le 25 mai «pour des candidats qui changeront la façon dont l'UE est dirigée».

Des Suisses participent

La plupart des manifestants, qui venaient également de France, de Pologne, du Danemark, d'Espagne ou de Grèce, ont manifesté dans le calme, scandant des slogans et lançant des pétards.

Quelques affrontements ont toutefois eu lieu entre la police et des dockers d'Anvers et de Gand, qui ont cherché la confrontation en lançant des projectiles, notamment des pavés, en direction des forces de l'ordre. Celles-ci ont utilisé un canon à eau et des gaz lacrymogènes pour éloigner les plus déterminés.

Les syndicats suisses soutiennent les revendications de leurs homologues européens, souligne Unia dans un communiqué. Une délégation formée de plus de 50 activistes d'Unia et de syndicom a fait le déplacement de Bruxelles. Ces militants sont convaincus qu'une Europe sociale, démocratique et solidaire a d'importantes retombées pour la Suisse.

26 millions de chômeurs

Plus de 26 millions d'Européens sont sans emploi. Il y a 10 millions de chômeurs de plus qu'en 2008, et dans 18 des 28 pays de l'UE les salaires réels ont chuté, font remarquer les syndicats européens.

«La situation des jeunes est pire encore: 7,5 millions de jeunes Européens ne travaillent pas, ne suivent pas d'études ou de formation. Nombreux sont ceux parmi les plus éduqués et les plus entreprenants qui tout simplement désertent leur pays d'origine pour chercher du travail ailleurs», a souligné Mme Segol en évoquant le risque d'une «génération perdue».

(A.B/ats/afp)

Votre opinion