07.03.2020 à 03:28

ChiliLes manifestations reprennent de la vigueur

Des heurts entre manifestants et police ont eu lieu vendredi à Santiago lors de protestations contre le président Piñera.

1 / 39
De violents affrontements ont eu lieu vendredi entre protestataires et forces de l'ordre à Santiago. (Samedi 7 mars 2020)

De violents affrontements ont eu lieu vendredi entre protestataires et forces de l'ordre à Santiago. (Samedi 7 mars 2020)

Keystone
De violentes manifestations anti-gouvernementales et des heurts avec la police se sont produits dimanche dans la ville chilienne de Viña del Mar au moment où s'ouvrait un festival international de la chanson. (23 février 2020)

De violentes manifestations anti-gouvernementales et des heurts avec la police se sont produits dimanche dans la ville chilienne de Viña del Mar au moment où s'ouvrait un festival international de la chanson. (23 février 2020)

AFP
Deux manifestations ont été organisées à Santiago l'une favorable à l'adoption d'une nouvelle Constitution et l'autre réclamant le maintien de celle en vigueur au Chili, confronté à une grave crise sociale. (Dimanche 16 janvier 2020)

Deux manifestations ont été organisées à Santiago l'une favorable à l'adoption d'une nouvelle Constitution et l'autre réclamant le maintien de celle en vigueur au Chili, confronté à une grave crise sociale. (Dimanche 16 janvier 2020)

AFP

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées vendredi à Santiago, où les manifestations contre le gouvernement du président conservateur Sebastian Piñera reprennent de la vigueur pour réclamer davantage de justice sociale.

Les protestataires se sont réunis dès la fin de l'après-midi sur la Plaza Italia, dans le centre de la capitale, devenu l'épicentre du mouvement de contestation déclenché le 18 octobre par une augmentation du prix du ticket de métro.

Alors que des groupes de manifestants, le visage dissimulé, jetaient des pierre et des bâtons sur les policiers, ces derniers ont répliqué en faisant usage de lances à eau et de gaz lacrymogène, a constaté l'AFP. La circulation a été coupée sur l'avenue principale menant à la place et plusieurs stations de métro ont été fermées.

Inquiétude pour la Journée internationale des femmes

De violents affrontements avaient déjà eu lieu dans la nuit de lundi à mardi entre protestataires et forces de l'ordre, avec des commerces pillés et des barricades érigées sur plusieurs avenues de Santiago. Des troubles avaient également eu lieu dans plusieurs grandes villes du pays. Selon les autorités, 283 personnes avaient été interpellées et 73 policiers blessés.

Plus tôt vendredi, des lycéens, à l'origine des premières manifestations contre la hausse du prix du ticket de métro, ont également organisé des rassemblements, quelques jours après la rentrée des classes dans l'hémisphère sud. Des heurts ont eu lieu avec la police. Une trentaine de stations de métro ont été temporairement fermées.

Les autorités chiliennes craignent une escalade de la violence dans les semaines à venir alors que plusieurs manifestations ont été programmées, notamment dimanche à l'occasion de la Journée internationale des femmes.

Plus de 14 millions de Chiliens sont appelés à se prononcer le 26 avril pour ou contre la rédaction d'une nouvelle Constitution en remplacement de l'actuelle, votée en pleine dictature d'Augusto Pinochet (1973-1990), une revendication forte des manifestants depuis le début de la contestation. La crise sociale, la pire depuis le retour de la démocratie en 1990, a entraîné des protestations, des pillages et des incendies, avec un bilan de 31 morts.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!