20.01.2017 à 09:51

SuisseLes marchés Caritas ne désemplissent pas

L'année 2016 a vu une nouvelle hausse de la fréquentation pour les magasins destinés à ceux qui connaissent une mauvaise passe.

von
Pascal Schmuck
Les Marchés Caritas ressemblent à n'importe quel magasins mais les rayons ne sont réservés qu'aux plus démunis.

Les Marchés Caritas ressemblent à n'importe quel magasins mais les rayons ne sont réservés qu'aux plus démunis.

Keystone

Si les difficultés du commerce de détail sont bien connues, il est une enseigne qui continue sa progression: les marchés Caritas, destinés à ceux qui connaissent des difficultés. «Nous avons enregistré en 2016 une augmentation de 5% de notre clientèle», a déclaré le directeur Rolf Maurer dans l'édition du 20 janvier du Blick.

Les 22 marchés de la marque ont enregistré 980'000 achats en 2016, un niveau jamais atteint. En 2011, les ventes atteignaient à peine 670'000. Quant au chiffre d'affaires, il devrait être comparable à celui de l'exercice précédent, corrigé des surfaces de ventes, soit près de 13 millions de francs, a estimé le directeur.

Guerre des prix

Caritas a ouvert un nouveau marché à Olten (SO), mais comme les autres acteurs de la branche, il a également ressenti les effets de la lutte des prix. «Nous avons dû fortement abaisser nos tarifs», a confirmé Rolf Maurer.

Chaque client dépense en moyenne douze francs par achat pour des produits qui coûtent chez Caritas entre 58 et 62% moins cher que dans la grande distribution. Caritas s'approvisionne auprès de 450 producteurs, qu'ils soient locaux ou des groupes internationaux comme Nestlé ou Beiersdorf (Nivea).

Caritas devra croître

Les marchés Caritas ne sont pas ouverts à tout le monde. Seuls peuvent y accéder ceux qui perçoivent l'aide sociale ou des prestations complémentaires ainsi que ceux qui se trouvent en faillite personnelle. En Suisse, la pauvreté concerne officiellement 530'000 personnes mais dans les faits, ce nombre serait beaucoup plus élevé.

Rolf Maurer appelle ces personnes à mettre de côté leurs inhibitions et à se déclarer. «C'est encore plus dur dans les petites localités d'aller dans un marché Caritas.» Sans compter que nombreux sont ceux qui ne connaissent pas l'existence de ces magasins.

Face à la demande croissante, Rolf Maurer compte ouvrir de nouveaux emplacements. «Notre objectif est de 30 marchés», mais il ne verra pas cette expansion. Il quittera ses fonctions à la fin de l'année après dix ans de bons et loyaux services.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!