09.10.2020 à 15:00

Hockey sur glaceLes mascottes privées de glace

Dans le cadre de son protocole sanitaire, la Ligue a interdit l’accès aux patinoires pour les mascottes. Un crève-cœur pour ces personnes nourries au contact humain.

par
Brice Cheneval
Augustin, la mascotte de Fribourg-Gottéron, ne peut plus animer les tribunes de la BCF Arena jusqu’à nouvel ordre.

Augustin, la mascotte de Fribourg-Gottéron, ne peut plus animer les tribunes de la BCF Arena jusqu’à nouvel ordre.

KEYSTONE

Peut-être l’avez-vous remarqué: depuis le début de la saison, les mascottes ont disparu des patinoires de National League. Seul Augustin est apparu, lors de l’inauguration de la BCF Arena jeudi dernier face à Rapperswil-Jona. Pour cet événement historique, Fribourg-Gottéron ne comptait pas se priver de son dragon et entendait montrer qu’il est possible de divertir le public tout en respectant les distances de sécurité. L’idée n’a pas été du goût de la Swiss Ice Hockey Federation (SIHF), qui a réprimandé le club.

Dans le cadre de son protocole sanitaire élaboré cet été, la Ligue a interdit la présence des mascottes dans toutes les patinoires de National League. «Les costumes sont portés par différentes personnes et on ne peut pas les laver souvent. Ce n’est pas très conforme à ce qu’on met en place, justifie Manuela Hess, responsable de la communication de la SIHF. Notre but, c’est de tout faire pour assurer la sécurité de tout le monde dans les enceintes

Une justification jugée maladroite par une mascotte qui souhaite rester anonyme: «Ce sont des conneries. Mon costume passe au lavage après chaque match.» Malgré tout, cet interlocuteur comprend la décision. «On est là pour aller vers le public et, avec le Covid-19, ce n’est pas possible, constate-t-il. Les gens veulent toujours s’approcher de nous, pour faire des photos, nous toucher. Refuser cela à un enfant, c’est dur. Il faudrait qu’on ait toujours quelqu’un derrière nous pour contrôler les spectateurs, ce n’est pas possible.»

«On est là pour aller vers le public et, avec le Covid-19, ce n’est pas possible»

Une mascotte de National League

L’un de ses homologues a, lui, plus de mal à se laisser convaincre: «Il est logique de ne pas se mêler au public mais je ne vois pas en quoi cela gêne de rester autour de la glace. Après, c’est difficile de jeter la pierre à quelqu’un. La Ligue subit une grande pression des clubs, qui veulent absolument éviter toute catastrophe pour ne pas se retrouver encore plus en difficulté.»

Une incertitude difficile à vivre

S’éloigner des tribunes n’est pas facile à avaler pour des personnes stimulées par le contact humain. «Ce n’est pas l’esprit mascotte, se lamente une source. Le but est d’avoir un maximum d’échanges, agiter les foules, faire des bêtises, bouger à droite à gauche…» «Il faut que j’aille déconner avec les gens, les faire bouger», confie une autre.

La situation est d’autant plus dure à supporter que les «bannis» n’ont aucune idée de la date à laquelle ils pourront revenir. «On ne va pas interdire les mascottes définitivement, rassure Manuela Hess. C’est juste une mesure de protection dans le contexte actuel. Elles sont vraiment importantes pour la culture des clubs, on espère les réintégrer le plus vite possible.»

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
5 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Bzzz

09.10.2020 à 17:40

Et après ce genre de stupidité on s’étonne que les gens ne font plus confiance aux « décideurs »

Fribourg

09.10.2020 à 17:11

Allez Gottéron !

SCB

09.10.2020 à 15:33

Il fallait bien que ce c'ub sans palmarès se démarque des autres.....