Asie-Pacifique: Le coronavirus se propage par les moins de 50 ans

Publié

Asie-PacifiqueLe coronavirus se propage par les moins de 50 ans

Les personnes d’une vingtaine, trentaine et quarantaine d’années sont de plus en plus à l’origine de la menace en Asie, affirme l’OMS.

Deux tiers des infections au Japon concernent des personnes âgées de moins de quarante ans.

Deux tiers des infections au Japon concernent des personnes âgées de moins de quarante ans.

KEYSTONE

Le coronavirus en Asie-Pacifique se propage actuellement par des personnes de moins de cinquante ans qui parfois ne savent pas qu’elles sont contaminées, a indiqué l’OMS mardi, mettant en garde contre une «nouvelle phase» de l’épidémie.

Les personnes asymptomatiques ou n’ayant que de légers symptômes du Covid-19 risquent d’infecter des personnes âgées ou vulnérables, a indiqué Takeshi Kasai, le directeur de la région du Pacifique occidental de l’OMS lors d’un point de presse virtuel.

«L’épidémie est en train de changer. Les personnes d’une vingtaine, trentaine et quarantaine d’années sont de plus en plus à l’origine de la menace», a-t-il dit. «Beaucoup ne savent pas qu’elles sont infectées, n’ayant que de légers symptômes, voire aucun». «Nous n’observons pas une simple résurgence. J’y vois un signal que nous sommes entrés dans une nouvelle phase de la pandémie en Asie-Pacifique», a poursuivi M. Kasai.

Deux tiers des infections au Japon concernent des personnes âgées de moins de quarante ans, selon les données de l’OMS sur la phase actuelle de contagion. C’est également plus de la moitié des cas aux Philippines et en Australie. «Nous devons redoubler d’efforts pour empêcher le virus d’atteindre les populations vulnérables», avertit M. Kasai.

Des pays où l’épidémie était maîtrisée comme la Nouvelle-Zélande, le Vietnam et la Corée du Sud ont détecté de nouveaux clusters, ce qui a forcé les gouvernements à imposer à nouveau des mesures de confinement et de distanciation sociale dans les villes.

Le recours à des mesures ciblées dans la région est jugé encourageant car il a permis de réduire l’impact économique et social des mesures de confinement et est plus acceptable à long terme, selon M. Kasai. La menace perdurera toutefois «tant que le virus circulera et que nous ne sommes pas immunisés contre lui» a-t-il averti.

(AFP/NXP)

Ton opinion