Actualisé 17.05.2019 à 19:21

VoisinageLes Neuchâtelois invitent les Biennois... en suisse allemand!

Un affichage en dialecte alémanique recto-verso énerve les francophones biennois. D'autant que la publicité provient de Suisse romande.

par
Vincent Donzé
L'affiche recto-verso suscite la grogne des Biennois francophones.

L'affiche recto-verso suscite la grogne des Biennois francophones.

Le Matin

La campagne publicitaire émane de la Ville de Neuchâtel, qui fête du 18 mai au 19 septembre les 40 ans de sa zone piétonne: «Chömed und fiired mit eus de 40 Geburtstag vo de Fuessgängerzone vo Neuchâtel». C'est écrit en dialecte zurichois, mais le problème n'est pas là: «Neuch s'adresse aux Biennois en allemand!», s'offusque devant une affiche un Romand de Bienne, ville romande à 42%.

La grogne biennoise a retenti jusqu'à Neuchâtel: «Je crois que des francophones sont fâchés parce que certains ont reçu des dépliants de l’anniversaire des 40 ans de la zone piétonne en allemand», rapporte Françoise Kuenzi, cheffe du service de la communication et de l'information de la Ville de Neuchâtel.

C'est sur le groupe Facebook «Défense des Francophones de Bienne», que le mécontentement s'exprime: «Si même les Romands nous considèrent comme des Suisses allemands, on n'est pas sorti de l'auberge. C'est le monde à l'envers», s'insurge une internaute. Gérant du groupe, l'enseignant Pascal Oberholzer s'est renseigné et le Forum du bilinguisme s'en est mêlé. «On m'a assuré qu'il y avait autant de flyers en français qu'en allemand», rapporte-t-il.

Tout exprès!

La Ville de Neuchâtel l'a écrit sur les réseaux sociaux: «Nous avons distribué le dépliant dans les deux langues, tout exprès! Et nous en avons pris autant en français qu'en allemand!».

Difficile pour les deux collaboratrices envoyées mercredi à la Bienne de distinguer au faciès un Romand d'un Alémanique: «Je n'ai jamais su que ma tête montre quelle langue je parle», rigole un internaute.

Recto-verso

Conseil biennois en français: «Pourquoi n'avoir pas fait un recto-verso?». Et en allemand: «Réjouissez-vous plutôt du bilinguisme des Neuchâtelois au lieu de vous plaindre...»

Quid des affiches? «Nous avons prévu des affiches en français et en allemand dans notre programme de distribution SGA, en plusieurs contrats sur l’ensemble de l’été car les manifestations durent jusqu’en septembre», explique François Kuenzi, qui dit ignorer lesquelles sont collées actuellement.

Si les francophones biennois sont chatouilleux en matière publicitaire, c'est parce qu'au terme d'un long combat, ils ont pu faire inscrire le caractère obligatoire d'une publicité bilingue dans le nouveau règlement municipal sur les réclames.

Les explications neuchâteloises

«On a souhaité, pour ces 40 ans de la zone piétonne, faire une campagne nationale, et on l’a déclinée en versions suisse romande et suisse alémanique. Bienne étant une ville bilingue, et en plus notre voisine, nous avons décidé de faire la promo à Bienne en deux langues. Mais nous n’avons pas fait d’affiches bilingues ou de flyers bilingues (les deux versions sur le même document), donc c’est vrai que les Biennois ont vu ou vont voir soit l’un, soit l’autre. En tous les cas, si nous avons heurté des Romands qui n’auraient pas eu la version française, comme nous l’avons dit sur les réseaux sociaux, nous tenons à disposition nos dépliants en français et les envoyons volontiers si nous avons des demandes!»

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!