Coupés: Les nouvelles Audi A5 et S5 affirment leur statut d'icônes

Publié

CoupésLes nouvelles Audi A5 et S5 affirment leur statut d'icônes

Quand le design d'une silhouette porte haut les couleurs d'une marque, il est difficile d'y toucher. Mais le constructeur allemand a pris ses précautions.

par
Gil Egger
1 / 5
Le coupé Audi S5 a été plébiscité par les Suisses. La nouvelle carrosserie se veut plus sculpturale, plus sportive, grâce à sa calandre aplatie et à son capot plus plongeant que sur la version précédente.

Le coupé Audi S5 a été plébiscité par les Suisses. La nouvelle carrosserie se veut plus sculpturale, plus sportive, grâce à sa calandre aplatie et à son capot plus plongeant que sur la version précédente.

DR
La fameuse calandre «single frame» a été amincie, élargie et soulignée de barres chromées.

La fameuse calandre «single frame» a été amincie, élargie et soulignée de barres chromées.

DR
Le coffre voit sa capacité augmenter de 20 l, à 465 l, ce qui constitue un record pour un coupé.

Le coffre voit sa capacité augmenter de 20 l, à 465 l, ce qui constitue un record pour un coupé.

DR

Les Suisses adorent la puissance des moteurs Audi. Sur le coupé, les versions les plus vendues sont la S5, à raison de 23% du total, suivie par la très musclée RS5 (15%). Le diesel le plus costaud arrive juste derrière (21%). Il n'en ira pas autrement avec les nouvelles venues, présentées cette semaine dans la région de Porto, au Portugal. En attendant la RS, la plus grande nouveauté s'appelle S5. Les ingénieurs ont en effet conçu un moteur inédit. Le V6 cache un turbo à deux étages dans le creux de son V. Il gagne 21 ch de puissance et 60 Nm de couple, tout en affichant une consommation en baisse de 5% par rapport à son prédécesseur. Il pèse 15 kg de moins, le poids total de la voiture a été également abaissé de 60 kg. Ses 354 ch et 500 Nm ne sont que des indications sur une fiche technique tant qu'on n'a pas pris le volant.

Ressentir la route sans la subir

Le progrès le plus significatif se trouve dans la courbe du couple. Son maximum est atteint à 1370 tours/minute, un record dans le genre. Cela donne une réactivité exceptionnelle à la moindre sollicitation du pied droit. En insistant, la poussée se fait linéaire et la montée en régime rapide et enthousiasmante. Le conducteur peut paramétrer ses préférences, notamment pour le comportement du châssis. Nous avons commencé par rouler dans une variante A5 mue par le 4 cylindres diesel de 190 ch, dont la dureté nous a surpris. Avec la S5, au contraire, l'absorption des irrégularités de la chaussée ne malmène jamais le dos. Le pilotage des suspensions permet une conduite à des allures époustouflantes sur la position «Dynamic». Il assure de longs trajets exempts de fatigue sur «Comfort», les plus paresseux choisiront «Auto» et laisseront les calculateurs déterminer quels réglages adopter en fonction du style du moment.

Le soin mis à concocter un propulseur digne des ambitions d'Audi se vérifie également à la sonorité, rauque et sportive tout en restant d'une discrétion telle que l'excellente hifi peut donner sa pleine mesure.

Le style évolue

Les designers d'Audi nous ont expliqué avec quelle prudence ils ont entamé la mue du coupé le plus symbolique de la marque. La consigne était de renforcer son caractère tout en préservant son statut d'icône. Pour ce faire, la recette a consisté à sculpter ce qui saute aux yeux depuis la première version: le pli latéral en forme de vague. Le processus industriel a été poussé à son maximum pour le marquer avec plus d'évidence. Les autres changements notoires sont à chercher à l'avant. La fameuse calandre «single frame» a été légèrement diminuée en hauteur, élargie et soulignée de barres de chrome, un élément décoratif qui risque de perturber les passionnés d'Audi.

Le capot descend plus bas, sa forme est plus arrondie et deux plis viennent affirmer sa personnalité. Les phares affinés se trouvent du coup en position plus élevée. A l'arrière, le dessin des luminaires provoque un effet 3D. Sur la S5, un extracteur termine le soubassement et deux doubles sorties d'échappement prennent place aux extrémités.

L'intérieur gagne quelques millimètres dans toutes les directions. Ce qui n'empêche pas les deux sièges arrière d'être très proches de ceux de l'avant, une tradition dans les coupés. La hauteur du pavillon augmente aussi un peu. L'ergonomie se remarque dès les premières utilisations. Un gros bouton rond intégrant un pavé tactile, quelques commandes autour de lui, et en peu de temps on peut conserver les yeux sur la route. Il conviendra toutefois de se consacrer suffisamment longtemps à l'apprentissage de toutes les possibilités de connectivité. Pour peu que le client acquière l'option, une carte SIM est installée d'usine dans la voiture, qui assure le contact avec le monde virtuel, sans frais de transmission de données, ni de roaming, pendant trois ans. Un progrès indispensable dans une voiture haut de gamme, qui surprend avec son cockpit virtuel et son grand écran tactile qu'on ne se lasse pas d'explorer.

Audi S5

Ton opinion