Suisse: Les nuitées hôtelières se sont effondrées en mars
Publié

SuisseLes nuitées hôtelières se sont effondrées en mars

Le nombre de nuitées effectuées par les visiteurs étrangers s'est écroulé à 557'000 nuitées durant le mois de mars, soit une baisse de 68,1%.

L'absence de nombreux touristes étrangers a lourdement pesé en mars.

L'absence de nombreux touristes étrangers a lourdement pesé en mars.

Keystone

L'industrie hôtelière suisse est mise à mal par la paralysie du tourisme en raison du coronavirus. Le nombre de nuitées hôtelières s'est écroulé au mois de mars, chutant de plus de 60% sur un an. Les prochains mois s'annoncent aussi difficiles pour le secteur.

L'hôtellerie suisse a enregistré 1,3 million de nuitées en mars 2020, soit un effondrement de 62,3% par rapport à la même période de l'année précédente, selon l'Office fédéral de la statistique (OFS) jeudi. Les nuitées affichaient encore une croissance de plus de 6% en janvier et en février, malgré déjà l'absence des voyageurs chinois.

C'est le nombre de nuitées effectuées par les visiteurs étrangers qui a le plus décliné le mois dernier, à 557'000 nuitées soit une baisse de 68,1%. Les Allemands ont été les plus nombreux, suivis par les Britanniques et les Français. Les hôtes locaux ont généré 707'000 nuitées (-55,9%).

Sur les trois premiers mois de l'année, l'hôtellerie a enregistré 7,6 millions de nuitées, ce qui correspond à un déclin de 18,4% sur un an.

Là aussi, c'est le nombre de nuitées passées en Suisse par les visiteurs étrangers qui s'est le plus rétracté, à 3,7 millions soit -22,0%. Allemands, Britanniques et Américains ont été les plus friands de la destination helvétique. Les Chinois ne sont arrivés qu'en huitième position. Les hôtes locaux ont généré 3,9 millions de nuitées (-14,7%) au premier trimestre.

Toutes les régions suisses touchées

Toutes les régions de Suisse ont été pénalisées par les mesures prises en mars face à la pandémie de coronavirus et la fermeture de nombreux hôtels, à l'image de Zurich (-64,7%), la région lémanique (-64,1%), de la Suisse centrale (-64,2%) ou du Tessin (-60,7%). Seule la Suisse orientale affiche un recul légèrement moindre (57,9%).

Sur les trois premiers mois de l'année, le recul est le plus marqué au Tessin, qui fut le premier canton le plus touché par le Covid-19 (-26%), suivi par Zurich (-22,4%) et la Suisse du nord-ouest (-22%). La région lémanique affiche un repli de 18,9% quand la Suisse orientale a mieux résisté là aussi (-13,4%).

Ces mauvais chiffres n'étonnent pas les économistes. «A partir des mesures décrétées par le Conseil fédéral mi-mars, les nuitées se sont effondrées à presque zéro», a déclaré le chef économiste du BAK, Martin Eichler, auprès d'AWP. Florian Hälg du KOF table lui sur un recul des nuitées de 90% en avril.

Mois d'été difficiles

Les mois suivants risquent d'être encore difficiles pour le secteur. Pour mai, l'hôtellerie prévoit un taux de remplissage d'environ 9%. Ce taux ne devrait pas dépasser les 20 à 24% de juin à août, selon un sondage réalisé par la branche du tourisme auprès de quelque 3500 entreprises publié début mai.

Alors que les Suisses sont incités à passer leurs vacances d'été dans le pays, les hôteliers doivent adapter leur stratégie et leurs offres aux clients locaux, a ajouté M. Eichler. «Mais les touristes nationaux ne compenseront en aucun cas la perte des touristes étrangers», a averti pour sa part M. Hälg.

L'année risque d'être noire pour le tourisme helvétique. En 2020, les revenus pourraient chuter jusqu'à 35% d'après le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). Mercredi, le Parlement a donné le feu vert à une aide de 40 millions de francs au secteur. La somme servira à des campagnes de promotion de Suisse Tourisme.

(ats)

Votre opinion