11.08.2012 à 23:01

Mariage forcésLes officiers d’état civil ont peur des représailles

La loi sur les mariages forcés donne de nouvelles compétences aux officiers d’état civil. Mais ces derniers ne veulent pas devenir des policiers.

von
Magalie Goumaz
Les officiers d’état civil estiment qu’ils sont là pour enregistrer les unions, non pour juger des sentiments des conjoints.

Les officiers d’état civil estiment qu’ils sont là pour enregistrer les unions, non pour juger des sentiments des conjoints.

Daniel Roland, Keystone

Et une mission de plus pour les officiers d’état civil. Lorsque la loi sur les mariages forcés entrera en vigueur début 2013, ils auront pour tâche de les dénoncer! Les responsables de ces unions – les parents souvent – pourront alors être punis d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à cinq ans. Mais les officiers d’état civil sont sceptiques. Ils tentent déjà de déceler les mariages forcés ou arrangés. Si le doute se confirme, ils ne sont pas célébrés. Mais le pas de plus qu’on leur demande de faire les inquiète. «C’est vrai que nous sommes aux premières loges pour voir lorsqu’une union est consentie ou non. Mais sommes-nous les mieux placés pour les dénoncer?» s’interroge Karin Banderet, vice-présidente de l’Association suisse des officiers de l’état civil.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!