Les oreilles de ce chevreau font de lui une star

Publié

PakistanLes oreilles de ce chevreau font de lui une star

Né à Karachi, le petit animal enflamme les réseaux sociaux. Son propriétaire assure qu’un record a été battu bien que la catégorie n’existe pas encore au Guinness.

1 / 6
Mohammad Hasan Narejo étire les oreilles extraordinaires de Simba.

Mohammad Hasan Narejo étire les oreilles extraordinaires de Simba.

AFP
L’heure du biberon est arrivée pour Simba.

L’heure du biberon est arrivée pour Simba.

AFP
Déjà particulièrement longues à sa naissance, ses oreilles ont encore grandi depuis, jusqu’à atteindre 54 cm.

Déjà particulièrement longues à sa naissance, ses oreilles ont encore grandi depuis, jusqu’à atteindre 54 cm.

AFP

Un chevreau aux oreilles extraordinairement longues est devenu une star des réseaux sociaux au Pakistan. Simba vit maintenant une existence choyée à Karachi, où il est né le mois dernier. Déjà particulièrement longues à sa naissance, ses oreilles ont encore grandi depuis, jusqu’à atteindre 54 cm.

L’éleveur Mohammad Hasan Narejo dit avoir contacté le Livre Guinness des records pour voir si son chevreau pouvait y faire son entrée. Quand bien même aucune catégorie pour «plus longue oreille de chèvre» n’apparaît actuellement sur le site internet de l’organisation.

Une notoriété explosive

«À peine 10 à 12 jours après sa naissance, il apparaissait déjà dans les médias nationaux et internationaux et gagnait un concours de beauté», a raconté, avec fierté, M. Narejo. «Après 30 jours, il est devenu si populaire que même une personnalité célèbre aurait besoin de 25 à 30 ans pour atteindre la même notoriété», a-t-il affirmé.

Repliées pour qu’il ne marche pas dessus

Les oreilles de Simba sont si allongées que M. Narejo a dû les replier sur son dos pour éviter que le petit animal ne marche dessus. Il a aussi conçu un harnais pour que ce chevreau puisse porter les oreilles autour de son cou.

M. Narejo est désormais un peu préoccupé par l’attention suscitée par Simba, y compris auprès d’éleveurs concurrents. Il a recours aux prières et à la tradition pour se prémunir contre leur possible rancœur. «Nous récitons des versets du Coran et lui soufflons dessus pour éloigner le mauvais œil», a-t-il expliqué.

Soigné comme un pur-sang

«Conformément à une longue tradition héritée de nos aînés, nous avons attaché un fil noir autour de lui, qui est fortifié par des versets du Coran». Il entend maintenant prendre soin de Simba comme d’un pur-sang, pour promouvoir le Pakistan en tant que grand pays d’élevage de chèvres.

(AFP)

Ton opinion

2 commentaires