Publié

SuisseLes organisations sportives rapportent un milliard de francs

Un rapport indique que les fédérations et les institutions internationales offrent d'importantes retombées économiques pour la Suisse.

Le Comité international olympique fête son centenaire cette année. Son siège se trouve à Lausanne.

Le Comité international olympique fête son centenaire cette année. Son siège se trouve à Lausanne.

Archives, Keystone

Les retombées économiques des organisations sportives internationales en Suisse sont considérables et en nette progression. Elles ont atteint 1,07 milliard de francs pour l'ensemble du pays, dont 550 millions pour le seul canton de Vaud.

A l'heure où l'on fête le centenaire du Comité international olympique (CIO) à Lausanne, les résultats de cette étude «illustrent et justifient» l'engagement des autorités pour le sport international en Suisse, explique le jeudi 9 avril le communiqué du canton de Vaud et de la ville de Lausanne.

Comparaisons difficiles

Au total, l'impact annuel moyen direct (salaires et charges) et indirect (biens et services) est estimé pour la Suisse à 430 millions de francs. A ce montant, il faut encore ajouter 640 millions d'effet induit (revenu supplémentaire injecté).

Sur les 550 millions pour Vaud, 250 sont générés à Lausanne, souligne une nouvelle étude de l'Académie internationale des sciences et techniques du sport (AISTS). Celle de 2008 qui avait été menée sur la même thématique était fondée sur des critères «plus restreints». Elle avait abouti à des retombées de 200 millions pour Vaud.

Pour comparer vraiment les résultats entre les deux analyses, il faudrait prendre le chiffre de 346 millions en 2008. La progression en cinq ans est à calculer entre 346 et 550 millions, explique Nicolas Imhof, chef du service des sports du canton.

Centaines d'emplois

En dehors du canton de Vaud, les principales organisations sportives sont la FIFA (ZH), la FIS (Fédération internationale de ski) à Berne et le handball à Bâle, précise le responsable. Sur la totalité des 45 entités, 36 se trouvent sur sol vaudois, avec le CIO et l'UEFA (Nyon) comme principaux employeurs.

Plus de 2150 personnes sont salariées par les organisations sportives internationales en Suisse, dont 1300 dans le canton de Vaud. Pour la seule ville de Lausanne, le nombre de postes a progressé de 32% entre 2008 et 2013 pour atteindre 634 emplois.

L'étude donne quelques exemples de revenus issus du sport international. Quelque 32'000 nuitées hôtelières sont dénombrées par année sur l'ensemble du pays. Le Musée olympique attire pour sa part environ 200'000 visiteurs à Lausanne.

Construction en hausse

Autre secteur bénéficiaire, la construction. De 2008 à 2013, plus de 200 millions de francs ont été investis à ce titre en Suisse, ce qui a généré un impact total estimé à 366 millions.

Dans leur communiqué, Lausanne et Vaud insistent aussi sur l'impact en terme d'image. «De telles opportunités de visibilité, avec là aussi des retombées économiques favorables, ne pourraient en aucun cas être à la portée d'une ville et d'une région similaire sans la présence des institutions sportives internationales».

Discrétion fiscale

Questionnée sur la problématique des exonérations fiscales, une responsable de l'étude n'a pas voulu s'exprimer. En mars dernier, le Conseil national a refusé de modifier les règles en vigueur, à savoir la possibilité donnée aux cantons d'exonérer les associations sportives internationales de l'impôt sur le bénéfice.

(ats)

Votre opinion