Actualisé 28.12.2018 à 15:55

MoutierLes orgues de l'église ont été noyées avant le 24 décembre

La pluie tombée sur le toit plat de Notre Dame de la Prévôté a endommagé un bel instrument qu'il faudra sécher.

par
Vincent Donzé
L'assistant pastoral Christophe Salgat dans l'église de Notre Dame de la Prévôté à Moutier.

L'assistant pastoral Christophe Salgat dans l'église de Notre Dame de la Prévôté à Moutier.

Le toit plat de l'église de Notre Dame de la Prévôté, au centre de Moutier, a joué un mauvais tour à l'organiste: dans la nuit du 23 au 24 décembre, l'eau de pluie a inondé son instrument! Une sacrée surprise, après des travaux de rénovation entrepris il y a moins de quatre ans pour 420 000 francs.

C'est vraiment pas de chance: «Le seul endroit où ça fuit est situé au-dessus des orgues», soupire l'assistant pastoral Christophe Salgat. Le 24 décembre, quelques heures avant la messe de minuit, il a fallu improviser, comme l'a relevé «Le Quotidien Jurassien».

Au piano

Des bancs ont été endommagés, mais toute l'attention se porte sur les orgues: «L'autre manière d'accompagner la liturgie, c'est au piano», remarque Christophe Salgat. Sa philosophie: «On changera nos repères...».

Le spécialiste appelé en urgence a prévenu les ecclésiastiques: le séchage de l'instrument prendra un mois. Il s'agira ensuite de le réviser. Président de la paroisse, Marco Roth évalue les coûts de réparation à 100 000 francs, orgues, bancs et toit compris. L'assurance sera sollicitée.

Un détail près

L'incident est survenu dans un édifice remarquable, consacré en 1967: «Cette fuite d'eau, peut-être causée par un écoulement bouché, n'enlève rien à la richesse du bâtiment bien pensé, à un détail près», précise Christophe Salgat.

Pour ce théologien laïc, l'église de Notre Dame de la Prévôté a anticipé les principe du concile Vatican II, terminé en 1965. «La croix est au centre et l'autel est décentré: le prêtre fait alors face à l'assemblée», remarque Christophe Salgat, pour qui l'église catholique de l'architecte bâlois Hermann Baur n'a pas d'équivalent de Bienne à Boncourt.

Trois cubes

Constituée de trois cubes de béton, l'église doit beaucoup aux vitraux de l'artiste français Alfred Manessier. La composition de l'orgue a été établie en 1973 par le chanoine Athanasiadès de l'abbaye de Saint-Maurice.

Sa composition comprend trente jeux, répartis sur deux claviers, grand orgue et positif expressif. Il a été construit en 1974 par la manufacture zurichoise Th. Kuhn.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!