Publié

Marché du travailLes patrons suisses vont moins engager d'employés

Parmi les 7 régions passées à la loupe, Zurich est celle qui présente les prévisions d'embauche les plus positives, avec une hausse de 10%.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration.

Keystone

Les incertitudes liées à l'évolution de la zone euro ne seront pas sans conséquences sur le marché suisse du travail au 2e trimestre 2013. Selon les prévisions désaisonnalisées de Manpower, les entreprises engageront 2% d'employés en moins. Il s'agit de la première valeur négative depuis le 4e trimestre 2009.

La baisse est de 3 points en comparaison trimestrielle et de 2 points en comparaison annuelle, a précisé la société de placement mardi dans un communiqué. Sur les 754 patrons qui ont répondu au sondage (sans tenir compte des variations saisonnières), 8% prévoient une augmentation de leurs effectifs, 8% une baisse et 83% un statu quo.

Parmi les 7 régions passées à la loupe, Zurich est celle qui présente les prévisions d'embauche les plus positives, avec une hausse de 10%. «La région Zurich, qui présente son résultat le plus élevé depuis le 3e trimestre 2011, semble renouer avec la dynamique habituelle de son marché de l'emploi», selon Charles Bélaz, directeur ad intérim de Manpower Suisse, cité dans le communiqué.

C'est en Suisse orientale qu'on trouve le plus grand pessimisme (-10%). Du côté des secteurs d'activités, les perspectives d'emploi les plus favorables se situent dans les sociétés spécialisées dans l'énergie, le gaz et l'eau, ainsi que dans l'industrie manufacturière (6%). A l'opposé, le secteur transport, entreposage et communication anticipe une baisse de 11%.

Italiens et Espagnols à la peine

Hors des frontières, les demandeurs d'emploi connaîtront des fortunes variables durant les trois prochains mois. Les patrons de 14 des 24 pays de la région EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique) envisagent d'étoffer leurs effectifs. Dans 9 pays, une baisse de l'embauche est prévue.

Les perspectives les plus favorables sont observées en Turquie (28%), en Roumanie (13%), en Israël (13%) et en Bulgarie (12%). Le 2e trimestre 2013 sera au contraire difficile pour les demandeurs d'emplois italiens et espagnols (-11% dans les deux cas).

Au niveau mondial, les employeurs de 32 des 42 pays et territoires interrogés par Manpower prévoient une hausse de leur personnel. Les perspectives les plus réjouissantes (hors EMEA) sont à chercher du côté de Taïwan (30%), du Brésil (30%), de l'Inde (27%), du Panama (25%) et de la Nouvelle-Zélande (21%).

(ats)

Ton opinion