Qatar 2022: Les petites phrases marquantes du premier tour

Publié

Qatar 2022Les petites phrases marquantes du premier tour

Du lyrisme de Gianni Infantino au cauchemar des Allemands, en passant par la détresse de Neymar et celle des Belges: retour sur les déclarations qui ont marqué le début du Mondial 2022 de football.

Le président de la FIFA.

Le président de la FIFA.

AFP

Démagogique?

«Aujourd’hui, je me sens qatari, aujourd’hui je me sens arabe, aujourd’hui je me sens africain, aujourd’hui je me sens gay, aujourd’hui je me sens handicapé, aujourd’hui je me sens travailleur migrant.»

Gianni Infantino, président de la FIFA, en conférence de presse, le 19 novembre, veille de l’ouverture de la Coupe du monde

Politique

AFP

«Vous n’imaginez même pas ce que ces gamins ont vécu ces derniers jours en coulisses, simplement parce qu’ils veulent s’exprimer en tant que footballeurs. Quoi qu’ils disent, les gens veulent les tuer.»

Carlos Queiroz, sélectionneur de l’Iran, à propos des critiques et pressions subies par ses joueurs en raison du mouvement de contestation en cours dans le pays, après la lourde défaite 6-2 de la Team Melli, face à l’Angleterre, lors de son premier match du Mondial

Physique

AFP

«Aujourd’hui, c’est l’un des moments les plus difficiles de ma carrière, qui plus est dans une Coupe du monde, à nouveau. J’ai une blessure oui, c’est embêtant, ça va faire mal mais je suis sûr que j’ai une chance de revenir parce que je ferai de mon mieux pour aider mon pays, mes partenaires et moi-même».

Neymar, victime d’une entorse de la cheville droite contre la Serbie et engagé dans une course contre la montre pour se rétablir

Comique

AFP

«Je ne prendrai pas un chewing-gum donné par Cristiano.»

Gonçalo Ramos, attaquant du Portugal, à propos d’une vidéo montrant Cristiano Ronaldo sortant un chewing-gum de son short pour l’avaler, au cours du match face au Ghana gagné 3-2

Ironique

AFP

«Nous ne créons pas beaucoup devant, presque rien en fait. Peut-être aussi que nous attaquons mal parce que ces gars-là sont trop vieux.»

Jan Vertonghen, défenseur de la Belgique, ironique après la défaite contre le Maroc 2-0

Génétique

AFP

«Ma mère gisait dans son cercueil avec des joues roses quand elle est morte. C’est une question de gènes.»

Louis Van Gaal, sélectionneur des Pays Bas, interrogé sur son teint perpétuellement hâlé

Acrobatique

AFP

«Messi se comporte sur le terrain comme Alberto Tomba sur les pistes. Il est capable d’éviter tout le monde, comme Alberto Tomba, qui pouvait contourner tous les piquets.»

Czeslaw Michniewicz, sélectionneur de la Pologne avant le match contre l’Argentine perdu 2-0

Statistique

AFP

«Je crois que Diego serait super heureux pour moi, parce qu’il m’a toujours témoigné beaucoup d’affection, il était toujours content quand les choses marchaient bien pour moi.»

Lionel Messi, devenu le joueur argentin comptant le plus d’apparitions en Coupe du monde -22- devant la légende Diego Maradona, après le succès de l’Albiceleste contre la Pologne

Dramatique

AFP

«Il nous a dit ça en pleurant. Il y a beaucoup de joueurs qui ont pleuré, c’est la dernière pour quelques joueurs, c’est la Coupe du monde, ce n’est pas un match amical.»

Michy Batshuayi, attaquant de la Belgique, à propos de la démission du sélectionneur Roberto Martinez, après l’élimination des Diables Rouges au 1er tour

Asiatique

«Il y a nous, l’Australie, l’Arabie saoudite a été tout près de se qualifier... il ne faut pas sous-estimer l’Asie».

Takefusa Kubo, milieu offensif du Japon, vainqueur de l’Espagne 2-1 et qualifié pour les huitièmes de finale. L’Arabie saoudite comme l’Australie appartiennent à la Confédération asiatique de football

Cinématographique

AFP

«Que ça se passe de cette façon, ça ressemble à un film d’horreur».

Kai Havertz, avant-centre de l’Allemagne, éliminée du Mondial

(AFP)

Ton opinion