Publié

RetrospectiveLes petits et grands événements 2017 en Suisse

L'année a été bien chargée dans notre pays, entre la météo capricieuse et l'agenda politique dominé par l'élection au Conseil fédéral et le dossier européen.

par
Christine Talos
1 / 62
Le président chinois Xi Jinping débarque en Suisse. Il se rend notamment à Lutry et au Musée olympique à Lausanne sous très haute sécurité, et déguste une fondue lors du repas officiel en son honneur.

Le président chinois Xi Jinping débarque en Suisse. Il se rend notamment à Lutry et au Musée olympique à Lausanne sous très haute sécurité, et déguste une fondue lors du repas officiel en son honneur.

Keystone
Le 47e édition du World Economic Forun s'ouvre à Davos. Elle est marquée par l'absence de nombreux leaders mondiaux.Mais Bill Gates est lui présent.

Le 47e édition du World Economic Forun s'ouvre à Davos. Elle est marquée par l'absence de nombreux leaders mondiaux.Mais Bill Gates est lui présent.

Keystone
Le froid fait des heureux en Suisse: les amateurs de glisse peuvent profiter du lac de Joux gelé.

Le froid fait des heureux en Suisse: les amateurs de glisse peuvent profiter du lac de Joux gelé.

Keystone

Comme chaque année, cette fin 2017 est propice au coup d’œil dans le rétro. Et en Suisse, les événements ont été nombreux à jalonner l'agenda. Côté politique, c'est surtout l'élection au Conseil fédéral qui a mobilisé l'attention, dès l'annonce de la démission surprise de Didier Burkhalter en juin dernier. Une démission qui a été suivie de trois mois d'intenses débats durant tout l'été autour des candidats pour aboutir à l'élection d'Ignazio Cassis le 20 septembre, le premier Tessinois sous la Coupole depuis le départ en 1998 de Flavio Cotti.

La Suisse a eu droit à des visites d'Etat pour le moins importantes cette année. En particulier celle du président chinois Xi Jinping en janvier. Un président qui, outre son déplacement à Berne, se rend également au Musée olympique à Lausanne. L'autre visite marquante est celle, fin novembre, du président de la commission européenne Jean-Claude Juncker. Une visite durant laquelle la présidente de la Confédération Doris Leuthard annonce que Berne est prête à débloquer 1,3 milliard de francs au titre de milliard de cohésion pour les pays d'Est.

Le dossier européen plus brûlant que jamais

Une annonce qui fait grand bruit sur le plan politique. Car le dossier entre la Suisse et l'Union européenne (UE) n'est toujours pas terminé et l'accord-cadre qui doit fixer les relations entre les deux pays de manière générale n'est toujours pas sous toit, loin de là. L'ambiance est même franchement à l'orage en décembre, puisque l'UE annonce refuser de prolonger de manière indéfinie la reconnaissance dont bénéficie la bourse suisse en Europe. Le Conseil fédéral, furieux, a des mots d'une dureté rare pour condamner cette décision. Et remet en question le milliard de cohésion.

La météo a également fait beaucoup parler d'elle en 2017. Alors que le mois de janvier est le plus froid depuis 30 ans, gelant lacs et rivières, le mois d'avril est lui aussi glacial, en particulier la nuit. Le gel provoque de gros dégâts sur les arbres fruitiers et la vigne, notamment en Valais, détruisant 40% du vignoble du canton, du jamais vu.

Bondo, Salvan et deux corps momifiés

Les pluies de l'été provoquent elles un énorme glissement de terrain à Bondo, dans les Grisons, à la frontière avec l'Italie. Trois millions de m3 de roches se détachent du Piz Cengalo, ravageant le village entre fin août et début septembre. Huit randonneurs sont portés disparus. Les dégâts sont colossaux.

La montagne est également terrible pour la commune de Salvan. En mars, une gigantesque avalanche s'abat sur Van d'En Haut, un hameau situé sur son territoire, détruisant tout ou presque sur son passage. Par chance, il n'y a aucune victime.

Mais la montagne, si elle est souvent meurtrière, fait parfois des miracles. Et cette année 2017, le 13 juillet, elle rend aux humains deux corps momifiés sur le versant valaisan du glacier de Tsanfleuron, situé au-dessus des Diablerets (VD). Très vite, les analyses révéleront qu'il s'agissait d'un couple de Savièse, Marcelin et Francine Dumoulin, disparu en 1942. L'histoire émeut toute la Suisse et les défunts sont enterrés peu après en grande pompe, dans leur village, par leurs familles.

Moutier quitte Berne

L'année livre aussi un vote historique: celui de Moutier, qui décide le 18 mai de quitter le canton de Berne pour devenir jurassienne. En revanche, le 17 septembre, les citoyens de Belprahon et de Sorvilier refusent eux de changer de canton. Côté vaudois, c'est l'inauguration du nouveau Parlement, le 14 avril, qui marque les esprits. Après plus de 15 ans d'exil, les députés ont à nouveau un endroit à eux pour débattre.

2017 a également été mouvementée sur le plan des médias. En effet, le 23 janvier, l'annonce fait l'effet d'une bombe: le groupe Ringier Axel Springer Suisse, indique la fin du magazine L'Hebdo. Celui-ci paraît pour la dernière fois le 2 février. Près de 40 personnes perdent leur emploi. Fin août, l'autre grand groupe de presse, Tamedia, annonce la fusion des titres 20 Minutes et Le Matin, puis celle des rédactions de 24 Heures, de la Tribune de Genève et du Matin Dimanche.

Avions au cœur de l'actualité

Les avions ont également marqué les esprits en 2017. En effet, alors que le ministre de la Défense Guy Parmelin annonce que les avions de combat FA-18 seront utilisés jusqu'en 2030 en attendant l'achat de nouveaux jets, l'armée doit faire face à un nouveau crash le 12 septembre dans les Alpes bernoises: celui d'un avion Pilatus PC-7 lors d'un entraînement. Le pilote, qui avait décollé de Payerne, est retrouvé sans vie. Ceci à 4 jours du grand meeting aérien Sion Airshow, qui accueille 51'000 spectateurs.

Côté manifestation populaire, la palme revient incontestablement aux deux Géantes de la compagnie Royal de Luxe qui font escale à Genève fin septembre. Durant trois jours, la ville vit au rythme des «affaires quotidiennes» de la Grand-Mère et de la Petite Géante, un spectacle poétique auquel assistent 850'000 personnes.

Enfin, concluons cette rétrospective avec un prix prestigieux attribué à un Suisse. En effet, le 4 octobre le Vaudois Jacques Dubochet, professeur émérite de l'Université de Lausanne, reçoit avec deux autres chercheurs le Nobel de chimie pour pour avoir mis au point la cryo-microscopie électronique. Un prix qu'il reçoit en smoking le 10 décembre à Stockholm.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!