Publié

NominationsLes polices tiennent leurs commandants

Pascal Luthi à Neuchâtel, Damien Rérat dans le Jura: les polices de l'arc jurassien ont leurs chefs.

par
Vincent Donzé
Keystone

Le Conseil d'Etat neuchâtelois a conforté dans son poste l'actuel commandant ad interim Pascal Luthi (45 ans). Il entrera formellement en fonction à le 1er janvier prochain. Quant au commandant de la police jurassienne Olivier Guéniat, prêté à Delémont en 2011 après la démission du sulfureux commandant Henri-Joseph Theubet, il devrait se voir attribuer un poste à sa mesure dans l'état-major de la police neuchâteloise. Il sera remplacé à la fin de l'année par Damien Rérat. Alors adjoint du commandant de la police neuchâteloise, Pascal Lüthi avait été désigné depuis juillet 2012 pour assurer l'interim de commandant suite à la démission d'André Duvillard. Le Conseil d'Etat avait alors décidé de lui confier cette fonction jusqu'à une décision des parlements jurassien et neuchâtelois sur le projet de police de l'arc jurassien. Les cantons de Neuchâtel et du Jura ont décidé en septembre dernier de reporter l'échéance d'une fusion et de poursuivre le rapprochement de leurs deux polices par des mesures de synergie. «Cette décision a donc mis fin au régime ad interim notamment du commandant de police neuchâtelois, qui a fait dernièrement l'objet d'une mise au concours», indique le gouvernement. Marié et père de deux enfants, Pascal Luthi est titulaire d'un diplôme d'ingénieur physicien de l'EPFL et d'un doctorat en sciences à l'Université de Genève. Il est entré au sein de l'Etat de Neuchâtel en février 2007, en qualité d'adjoint au commandant et officier de police judiciaire. Pascal Luthi a notamment géré la communication externe de la police. Il a en outre contribué activement à la réalisation de plusieurs projets, dont la réforme de la police neuchâteloise. «L'engagement sans faille de Pascal Luthi depuis plus de six ans, ses compétences de conduite et d'organisation reconnues, ainsi que ses très bonnes connaissances du fonctionnement de ce corps ont convaincu le Conseil d'Etat de le confirmer à cette haute fonction de commandant de la police neuchâteloise, qui regroupe quelque 450 personnes», indiquent les autorités neuchâteloises. Nommé par le gouvernement jurassien, Damien Rérat (42 ans), domicilié à Porrentruy, est titulaire d'une licence en droit obtenue à l'Université de Neuchâtel, formation qu'il a complétée par un brevet d'avocat jurassien obtenu en 1999. Le futur commandant a débuté son activité professionnelle en qualité de greffier au sein du Tribunal de 1ère instance où il gère également les affaires de personnel. En 2001, il est élu par le Parlement au poste de juge de 1ère instance en charge des affaires pénales et civiles. Il prendra ses nouvelles fonctions le 1er janvier prochain.

Ton opinion