France - Les policiers tuent un homme qui les menaçait avec un couteau

Publié

FranceLes policiers tuent un homme qui les menaçait avec un couteau

Un individu de 35 ans a succombé à une balle tirée par un membre des forces de l’ordre intervenues chez lui alors qu’il avait fui le service psychiatrique qui l’hébergeait.

Photo d’illustration. 

Photo d’illustration.

AFP

Un homme de 35 ans, suivi en psychiatrie, a été tué à son domicile de La Talaudière (Loire), dans la nuit de lundi à mardi, par des policiers appelés sur place qu’il menaçait avec un couteau, a-t-on appris de sources concordantes.

L’homme, originaire d’Afrique de l’Ouest, était très agité lorsque son épouse et son beau-fils l’ont enfermé dans l’appartement familial et ont appelé les services de police, vers 20 h.

La veille, il avait quitté de son propre chef l’hôpital psychiatrique où il séjournait et où il devait retourner ce mardi, d’après des déclarations de membres de sa famille.

À l’arrivée des forces de l’ordre, l’homme s’est dirigé vers elles en brandissant un couteau de cuisine à la main.

L’usage par les forces de l’ordre, à deux reprises, d’un pistolet à impulsion électrique n’a pas permis de le stopper. Un fonctionnaire a alors tiré un coup de feu dans la direction du forcené, indique-t-on de source policière.

L’homme est décédé quelques minutes plus tard. Il n’était pas connu pour des faits de violence, aucune main courante ou plainte n’avait été déposée contre lui, selon une source policière.

Une enquête a été confiée par le parquet stéphanois à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN).

Autre affaire récente

L’IGPN, la police des polices, a déjà été saisie ce week-end dans une autre affaire concernant l’interpellation à Saint-Etienne d’un homme soupçonné de vol atteint de cinq balles tirées par la police alors qu’il actionnait un pistolet factice en direction des forces de l’ordre.

L’enquête relative au coup de feu mortel tiré à La Talaudière «devrait être facilitée par le fait que l’intervention des policiers dans l’appartement a été filmée par le beau-fils de la victime», a précisé à l’AFP, une source proche de l’enquête.

Le parquet de Saint-Etienne annonce de son côté qu’il communiquera «dans la journée».

(AFPE)

Ton opinion