Californie - Les pompiers ont bon espoir de sauver les séquoias géants
Publié

CalifornieLes pompiers ont bon espoir de sauver les séquoias géants

En Californie, les séquoias géants, qui ne poussent que dans cette région du monde, sont menacés par un incendie, baptisé «KNP».

Les pompiers ont procédé ces derniers jours à des travaux de débroussaillage et autres aménagements pour préserver ces colosses, pour certains vieux de 2000 à 3000 ans.

Les pompiers ont procédé ces derniers jours à des travaux de débroussaillage et autres aménagements pour préserver ces colosses, pour certains vieux de 2000 à 3000 ans.

AFP

Les secours avaient bon espoir vendredi de pouvoir sauver les arbres les plus imposants du monde, les séquoias géants de Californie, menacés ces derniers jours par la progression d’un incendie tout proche.

«Nous avons des centaines de pompiers déployés sur la zone, qui se donnent à fond», a affirmé à l’AFP Mark Garrett, porte-parole des pompiers de Californie qui luttent contre l’incendie baptisé «KNP». Fusion de deux incendies déclenchés par la foudre voici une semaine aux portes du parc national de Sequoia, dans le centre de la Californie, il a déjà consumé quelque 46 km2 de végétation.

«Notre plus gros défi a été le terrain (escarpé). Mais nous n’avons pas eu à affronter un feu explosif, les flammes ont baissé en intensité, ce qui nous a permis de progresser», a-t-il expliqué. Le parc national de Séquoia abrite environ 2000 séquoias géants, qui ne poussent que dans cette région du monde et sont considérés comme les arbres les plus volumineux existant actuellement.

Nous avons des centaines de pompiers déployés sur la zone, qui se donnent à fond.

Mark Garrett, porte-parole des pompiers de Californie

Les pompiers ont procédé ces derniers jours à des travaux de débroussaillage et autres aménagements pour préserver ces colosses, pour certains vieux de 2000 à 3000 ans. Ils ont même drapé d’une couverture de protection ignifugée la base du plus emblématique d’entre eux, baptisé «General Sherman». Haut de 83 mètres et d’un diamètre de 11 mètres à sa base, il est considéré par les experts comme l’arbre le plus volumineux du monde.

Une couverture de protection ignifugée drape la base du plus emblématique séquoia.

Une couverture de protection ignifugée drape la base du plus emblématique séquoia.

AFP

Appuyés par des moyens aériens, les quelque 600 soldats du feu mobilisés ont également déployé des engins pour faire en sorte de tenir les flammes à l’écart du parc naturel qui reste fermé au public.

La «Forêt Géante» du parc Séquoia, qui abrite cinq des arbres les plus volumineux connus dans le monde dont le «Général Sherman», attire en temps normal des touristes du monde entier. «Si jamais les flammes atteignaient vraiment la forêt, nous sommes prêts», a assuré M. Garrett.

Les incendies de faible intensité ne sont en général pas suffisants pour nuire aux séquoias géants, «naturellement adaptés» à ces sinistres avec leur écorce très résistante, qui peut atteindre jusqu’à un mètre d’épaisseur.

Besoin des incendies

«C’est vraiment dur de brûler ces arbres dont les premières branches peuvent pousser à trente mètres de haut», hors d’atteinte des flammes. «Ils ont vu passer de nombreux incendies», relève Mark Garrett. Au contraire, ces séquoias ont besoin des incendies pour se reproduire: la chaleur des flammes fait éclater les cônes tombés au sol comme du pop-corn pour en libérer des centaines de graines.

Mais ces géants qui ne poussent qu’en Californie, sur les contreforts de la Sierra Nevada, ne sont en revanche pas adaptés pour survivre aux feux plus intenses qui ont eu tendance à se déclarer ces dernières années à la faveur du changement climatique.

En août 2020, un violent incendie baptisé «Castle Fire» avait ravagé 700 km2 du parc de Sequoia. Selon une analyse par imagerie satellite, entre 7500 et 10’000 séquoias auraient été détruits par les flammes, soit au moins 10% de la population mondiale de cette espèce.

Impact de la sécheresse chronique

La sécheresse chronique qui sévit dans l’ouest des États-Unis et l’absence de feux contrôlés, déclenchés pour limiter la prolifération des broussailles et du sous-bois, sont en partie responsables, a estimé le porte-parole des pompiers.

«C’est ce qui nous a mis dans cette situation, avec une densité d’arbres trop importante, ce qui n’est pas sain. Lorsqu’un incendie survient, il s’emballe, avec des comportements totalement extrêmes», a-t-il ajouté. Heureusement, de tels écobuages (feux contrôlés) ont été menés ces 25 à 30 dernières années dans la «Forêt géante», ajoute M. Garrett.

Lorsqu’un incendie survient, il s’emballe, avec des comportements totalement extrêmes.

Mark Garrett, porte-parole des pompiers de Californie

Des milliers de km² de forêts ont déjà brûlé cette année en Californie. Le nombre et l’intensité des feux se sont multipliés ces dernières années dans tout l’ouest des États-Unis, avec un très net allongement de la saison des incendies.

Selon les experts, ce phénomène est notamment lié au réchauffement de la planète: l’augmentation de la température, la multiplication des canicules et la baisse des précipitations par endroits forment un cocktail incendiaire idéal.

Le Dixie Fire, déclenché mi-juillet dans le nord de la Californie, brûle toujours et a déjà parcouru près de 3900 km2. Il est en passe de devenir le plus vaste feu de l’histoire de l’État.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires