Football: Les Portugais accueillis en héros à Lisbonne

Publié

FootballLes Portugais accueillis en héros à Lisbonne

Euro 2016: Cristiano Ronaldo et ses coéquipiers sont de retour au pays, où ils ont été adulés par une marée humaine. Chronique d'une journée mémorable...

par
LeMatin.ch/AFP
1 / 29
Cristiano Ronaldo harangue la foule.

Cristiano Ronaldo harangue la foule.

Reuters
Une scène, avec écrans géants, a été aménagée. L'ambiance monte, monte...

Une scène, avec écrans géants, a été aménagée. L'ambiance monte, monte...

Reuters
Danilo, Nani, Cristiano Ronaldo, Jose Fonte et Fernando Santos entament sur scène la chansonnette!

Danilo, Nani, Cristiano Ronaldo, Jose Fonte et Fernando Santos entament sur scène la chansonnette!

Keystone

"C'est un moment historique! Cette victoire on l'attendait depuis douze ans", exulte Hugo Machado aux côtés de ses trois filles vêtues du maillot de Ronaldo. Pays fou de football, le Portugal tout entier a basculé lundi dans la liesse au lendemain de la victoire de sa sélection à l'Euro-2016.

Venus les accueillir à l'aéroport de Lisbonne, chanter l'hymne national en face du palais présidentiel ou applaudir leur parade triomphale jusqu'à une fan zone du nord de la capitale, des dizaines de milliers de Portugais sont descendus dans la rue pour "dire bravo et merci" à leurs héros.

Au bout d'un périple de plusieurs heures à bord de deux bus à impériale décapotable barrés du mot "Champions", la Selecçao est montée sur la scène d'une fan-zone pleine à craquer, située dans le nord de la ville.

"Nous sommes entrés dans l'histoire du Portugal! Merci pour tout", a crié devant la foule le triple Ballon d'or Cristiano Ronaldo.

Longtemps traumatisés par leur défaite en finale de l'Euro-2004, perdue à Lisbonne face à la Grèce, les fans n'en finissaient pas de célébrer le premier titre international majeur du Portugal.

Revanche de 2004

"On tient finalement notre revanche de 2004! Le Portugal méritait de gagner et Ronaldo a été un excellent capitaine", s'est félicité Rita Centeno, une chef d'entreprise de 41 ans.

"Cette victoire va nous aider à avoir confiance en nous. C'est un tournant dans l'histoire de notre pays", a assuré Nuno Brito, un chômeur de 39 ans, drapeau portugais sur les épaules.

Afin d'apercevoir les héros dès leur retour de France, les fans impatients s'étaient massés près de l'accès de l'aéroport bien avant leur arrivée à la mi-journée.

"Champions, champions, nous sommes champions!", ont scandé les supporters en agitant des drapeaux, comme ils l'avaient fait jusque tard dans la nuit de dimanche à lundi.

"On n'a pas beaucoup dormi, mais c'est notre première victoire et il fallait être là. On a de la chance de voir ça", a témoigné Antonio Magalhaes, un étudiant en hôtellerie de 21 ans.

Escorté par l'armée de l'air, l'avion "Eusebio" transportant la Selecçao s'est posé sur le sol portugais à 12H40 locales (11H40 GMT). Avant de s'arrêter sur le tarmac, l'appareil est passé sous un arc formé par deux jets d'eau aux couleurs du Portugal, le rouge et le vert.

"On est heureux"

Se frayant un chemin à travers des rues bondées, les joueurs du sélectionneur Fernando Santos se sont d'abord rendus au palais présidentiel, où le chef de l'État Marcelo Rebelo de Sousa leur a décerné le titre de commandeur de l'ordre du mérite.

Parmi la foule, une fillette pleure en voyant arriver ses idoles: "C'est la première fois que je les vois de si près", dit-elle à sa mère qui l'embrasse.

"Cette victoire ne règle pas nos problèmes mais au moins on est heureux. C'est quelque chose qui arrive une fois dans la vie seulement!", s'est exclamée Lucia Antunes, une femme de 41 ans au chômage.

Depuis le balcon présidentiel, les footballeurs et diverses personnalités politiques ont alors entonné l'hymne national en choeur avec la multitude de supporters, emportée par un élan patriotique.

"J'ai tenu à participer à ce moment spécial", raconte Carla Ortelbach, une masseuse de 46 ans, casquette du Portugal vissée sur la tête. "Les Portugais étaient habitués à se faire marcher dessus, mais cette victoire va les rendre à nouveaux fiers de leur pays."

Ton opinion