Actualisé

Retraite«Les prisons vaudoises se soucient trop de la sécurité»

Après 24 ans de service comme aumônier en milieu carcéral, Philippe Cosandey jette l’éponge. Il estime ne plus pouvoir faire son travail comme il faut.

par
Dominique Botti
Philippe Cosandey, ici devant le Bois-Mermet à Lausanne, a renoncé à son sacerdoce en prison. Il se recentre sur une paroisse en ville.

Philippe Cosandey, ici devant le Bois-Mermet à Lausanne, a renoncé à son sacerdoce en prison. Il se recentre sur une paroisse en ville.

Pierre-Antoine Grisoni/Strates

L’aumônier protestant Philippe Cosandey a commencé à travailler dans les prisons vaudoises en 1990. En vingt-quatre ans d’office, il a tout connu. Le quartier de haute sécurité de Bochuz. Les criminels les plus dangereux. L’arrivée des imams. Cet été, il a démissionné, plusieurs années avant la retraite. Il estime ne plus pouvoir faire son travail comme il l’entend.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!