Question jurassienne: Les pro-bernois lancent la bataille pour Moutier
Publié

Question jurassienneLes pro-bernois lancent la bataille pour Moutier

Quelque 200 personnes venues de tout le Jura bernois ont appelé vendredi soir les citoyens de Moutier (BE) à rester dans le canton de Berne.

Keystone

Réunis à l'occasion du congrès du mouvement de lutte de Force démocratique vendredi, les mouvements pro-bernois estiment que la cité prévôtoise n'a rien à gagner en choisissant de rejoindre le canton du Jura le 18 juin.

Tous les mouvements qui se battent pour le maintien au sein du Jura bernois étaient présents dans la cité prévôtoise. Une douzaine d'orateurs, dont des parlementaires fédéraux, des députés au Grand Conseil et des responsables de comité de campagne, ont présenté leurs arguments en faveur du non le 18 juin.

Pour le président de Force démocratique (FD), l'ancien conseiller national bernois Jean-Pierre Graber, il s'agit de convaincre tous les antiséparatistes d'aller voter. «Nos adversaires parviendront à mobiliser plus de 90% de leurs partisans. Il nous incombe de faire aussi bien qu'eux».

Convaincre les indécis

«Les intentions de vote ne sont pas encore des votes», a souligné M. Graber. Il estime que pour gagner cette votation, il faudra convaincre une majorité d'indécis et «même plusieurs séparatistes modérés de joindre leurs votes à celui des Prévôtois antiséparatistes».

Le conseiller d'Etat bernois Pierre Alain Schnegg a reconnu que la campagne était difficile. «Nous nous devons de respecter les aspirations de nos adversaires, mais qu'on ne vienne pas nous faire croire qu'ils auraient le monopole du coeur et l'exclusivité des bons arguments», a-t-il déclaré.

«Je n'admets pas que les partisans d'un départ de Moutier vers le canton du Jura disqualifient systématiquement nos arguments en prétendant que nous miserions uniquement sur la peur», a lancé le ministre. «La confrontation des arguments ne nous fait pas peur».

Loi du silence

«Il ne faut pas se laisser intimider», a déclaré Virginie Heyer, maire de Perrefitte (Jura bernois) et présidente du comité «Moutier, j'y tiens». «Il est inadmissible que l'on se taise dans le Jura bernois», a-t-elle ajouté en dénonçant la loi du silence qui règne selon elle à Moutier.

Les nombreux orateurs qui sont montés à la tribune ont répété que Moutier n'avait aucun avantage déterminant à rejoindre le Jura. Ils ont appelé les citoyens à ne pas tenter une aventure géopolitique hasardeuse s'ils veulent conserver leur hôpital, une institution qui se profile comme l'enjeu du vote.

Aucun incident n'a perturbé cette manifestation qui se déroulait à la Sociét'halle, au centre de Moutier. Des agents de sécurité d'une société privée se tenaient à l'extérieur du bâtiment.

(ats)

Votre opinion