19.02.2016 à 09:45

Crise migratoireLes quotas entrent en vigueur en Autriche

Quatre-vingts personnes seront autorisées à entrer sur le territoire quotidiennement. La mesure reste virtuelle pour le moment.

1 / 126
Le camp d'Idomeni a été évacué. Plusieurs milliers de personnes ont été déplacées vers des centres d'accueils, notamment à Thessalonique. (26 mai 2016)

Le camp d'Idomeni a été évacué. Plusieurs milliers de personnes ont été déplacées vers des centres d'accueils, notamment à Thessalonique. (26 mai 2016)

Marko Djurica, Reuters
A Idomeni, des heurts ont éclaté entre migrants et policiers macédoniens. Ces derniers ont utilisé des gaz lacrymogènes. (Dimanche 10 avril)

A Idomeni, des heurts ont éclaté entre migrants et policiers macédoniens. Ces derniers ont utilisé des gaz lacrymogènes. (Dimanche 10 avril)

Stoyan Nenov, Reuters
Peu après 5 heures, un petit ferry, Lesvos, et un catamaran plus imposant, Nezli Jale, ont embarqué un total de 131 personnes (Lundi 4 avril 2016).

Peu après 5 heures, un petit ferry, Lesvos, et un catamaran plus imposant, Nezli Jale, ont embarqué un total de 131 personnes (Lundi 4 avril 2016).

Keystone

Les quotas quotidiens d'entrées de migrants sur le territoire autrichien, annoncés mercredi par Vienne, sont entrés en vigueur vendredi comme prévu. La mesure est essentiellement virtuelle à ce stade, le flux étant tari localement en raison du mauvais temps.

Depuis 8h, l'Autriche n'admet plus que quatre-vingts demandeurs d'asile par jour, ainsi que 3200 migrants en transit. Tous doivent se présenter à son poste de Spielfeld, à la frontière slovène, où un important dispositif a été mis en place. Cependant, «aucun migrant n'est arrivé depuis hier (jeudi) midi, en raison du mauvais temps», a confié le porte-parole de la police locale, Fritz Grundnig.

Impuissance de l'UE

Le gouvernement autrichien a justifié l'instauration de quotas quotidiens par l'impuissance de l'Union européenne à endiguer durablement le flux et à s'entendre sur un mécanisme permanent de répartition, proposé par l'Allemagne.

Le commissaire européen chargé de la Migration, Dimitris Avramopoulos, a vivement critiqué la décision autrichienne, la qualifiant de «clairement incompatible» avec le droit européen, un point de vue toutefois contesté par Vienne qui a exclu de revenir sur cette mesure.

L'Autriche, qui a renforcé ses contrôles à douze points frontaliers avec la Slovénie et l'Italie, estime qu'elle ne pourra pas accueillir plus de 37'500 nouveaux demandeurs d'asile cette année, après avoir enregistré 90'000 demandes l'an passé, représentant plus de 1% de la population de ce petit pays de 8,5 millions d'habitants.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!