Publié

SyrieLes rebelles sont contre la proposition russe

Les rebelles de l''Armée syrienne libre a rejeté avec force jeudi la proposition russe prévoyant de placer les armes chimiques de la Syrie sous contrôle international.

Des rebelles syriens.

Des rebelles syriens.

Keystone

Les rebelles sont contre la proposition de placer l'arsenal chimique syrien sous contrôle international. Ils ont également demandé de juger les responsables du régime ayant «reconnu posséder» de telles armes.

«L'Armée syrienne libre annonce son rejet catégorique de l'initiative russe prévoyant de placer les armes chimiques sous contrôle international», a proclamé le chef militaire des rebelles, le général Sélim Idriss.

Le général Idriss a demandé à la communauté internationale de «ne pas se contenter de retirer (au régime syrien) l'arme chimique, l'outil du crime, mais de juger devant la Cour pénale internationale l'auteur du crime qui a reconnu clairement posséder cet outil et accepté de s'en défaire».

Le général Idriss a par ailleurs appelé les pays soutenant la rébellion à «augmenter les quantités d'armes» fournies aux combattants hostiles au régime de Damas pour leur permettre de «continuer à libérer le pays». Il a exhorté ses combattants à «intensifier les opérations militaires dans toutes les régions du pays».

Dans le même contexte, la Coalition nationale syrienne (opposition) a réaffirmé, dans un communiqué, que l'initiative russe était une «manoeuvre politique destinée à faire gagner du temps» au régime du président Bachar al-Assad.

La coalition a souligné que la proposition russe ne serait acceptable que si elle prévoit de «demander des comptes à ceux qui ont commis des crimes contre le peuple syrien» et que si elle est promulguée sous le Chapitre VII de la Charte des Nations unies, prévoyant le recours à la force.

(ats)

Votre opinion