Publié

Crash de GermanwingsLes recherches continuent sur les lieux de la catastrophe

Enquêteurs et secouristes restent mobilisés dans le sud des Alpes françaises. Ils cherchent toujours la deuxième boîte noire de l'Airbus de Germanwings et à récupérer des victimes du crash survenu mardi.

1 / 65
Un mémorial érigé à Le Vernet, sur la commune proche du lieu du crash de Germanwings. (30 mars 2015).

Un mémorial érigé à Le Vernet, sur la commune proche du lieu du crash de Germanwings. (30 mars 2015).

Reuters
Le procureur de Marseille a annoncé 29 mars que les enquêteurs ont «isolé 78 ADN distincts» sur les lieux du crash de l'Airbus A320 de Germanwings, qui devront être comparés à ceux des familles des 150 victimes pour identification. (29 mars).

Le procureur de Marseille a annoncé 29 mars que les enquêteurs ont «isolé 78 ADN distincts» sur les lieux du crash de l'Airbus A320 de Germanwings, qui devront être comparés à ceux des familles des 150 victimes pour identification. (29 mars).

Keystone
Enquêteurs et secouristes restent mobilisés sur les lieux de la catastrophe. (28 mars 2015)

Enquêteurs et secouristes restent mobilisés sur les lieux de la catastrophe. (28 mars 2015)

AFP

Les rotations d'hélicoptères entre l'aérodrome de Seyne-les-Alpes (sud-est) et le site du crash, distant d'une dizaine de kilomètres, ont repris vers 09h30 dimanche matin. Le temps est clair, aussi bien sur la zone de décollage que sur le lieu du drame. Quatre gendarmes ont dormi sur place pour sécuriser la zone pendant la nuit.

Pour les enquêteurs, il s'agit avant tout de retrouver la deuxième boîte noire. Ils veulent aussi identifier au plus vite les corps évacués de la montagne, notamment grâce à des prélèvements effectués sur les familles jeudi après-midi.

Selon le lieutenant-colonel Xavier Vialenc, interrogé samedi, «il n'y a aucune raison de ne pas retrouver la seconde boîte noire (...) On n'est pas à 3000 mètres sous l'eau», a-t-il dit, évoquant des crashs d'avion dans l'océan.

Le terrain sur lequel évoluent les enquêteurs est néanmoins très accidenté. Il nécessite l'encadrement permanent de militaires spécialisés dans le milieu montagnard. Le crash a fait 150 morts.

(ats)

Votre opinion