Publié

Prévoyance vieillesseLes rentiers établis à l'étranger profitent du franc fort

Beaucoup de retraités suisses s'établissent à l'étranger pour profiter du soleil et des bas prix. D'autres, étrangers, retournent au pays après une vie de labeur.

Beaucoup de retraités suisses s'établissent à l'étranger pour profiter du soleil et des bas prix.

Beaucoup de retraités suisses s'établissent à l'étranger pour profiter du soleil et des bas prix.

ARCHIVES / PHOTO D'ILLUSTRATION

Le franc fort est une aubaine pour tous ces rentiers. La rente minimale de l'AVS pourrait leur permettre d'encaisser 140 euros de plus ce mois.

Le 5 janvier, jour décisif pour le versement mensuel, une rente minimale de 1175 francs valait 975 euros. Un mois plus tard, le taux plancher ayant été supprimé, le cours de l'euro est passé à environ 1,05 franc. Et la même rente vaut quelque 1120 euros.

Avec une rente maximale, pas moins de 260 euros de plus devraient être encaissés. Les bénéficiaires de rentes invalidité versées à l'étranger devraient profiter du même phénomène, qui ne coûte rien aux caisses des assurances sociales.

Aux assurés d'assumer

Les risques de change, aussi bien pertes que gains, sont complètement assumés par les assurés, a indiqué jeudi la Centrale de compensation à Genève.

Les rentes versées à l'étranger sont indexées de la même manière que celles payées en Suisse, selon l'indice mixte qui tient compte de l'évolution des salaires et des prix. La rente minimale de AVS a ainsi augmenté de cinq francs au 1er janvier.

Plus d'un tiers des quelque 2,4 millions de rentiers AVS vivaient à l'étranger fin 2013. La Suisse leur a versé en tout l'équivalent de 452,4 millions de francs en rentes de vieillesse, complémentaires et de survivants. Environ 43 millions ont en outre été distribués à l'étranger sous forme de rentes de l'assurance invalidité (AI).

Beaucoup de rentes basses

L'immense partie de cet argent est partie dans un des pays de l'Union européenne, où vivent 90% des rentiers AVS et 80% des rentiers AI établis à l'étranger. Comme le franc

s'est également apprécié face à d'autres monnaies, d'autres retraités ont aussi vu soudainement leur pouvoir d'achat augmenter de quelque 10%.

Ce n'est toutefois pas l'Eldorado pour tout le monde. Selon le rapport annuel de la centrale de compensation, 60% des rentes AVS versées hors des frontières étaient inférieures à 400 francs par mois. En cause: une courte durée de cotisation et des salaires plutôt bas, en général lorsqu'il s'agit d'étrangers venus travailler en Suisse.

Et la situation peut aussi s'inverser. De 2002 à 2007, l'euro a grimpé de 1,50 à 1,65 francs et les rentiers ont perdu en pouvoir d'achat. Le taux de change n'est pas le seul risque, souligne en outre Sarah Mastantuoni, codirectrice de l'Organisation des Suisses de l'étranger.

En pleine crise économique en Argentine, le peso a été dévalué et les autorités argentines ont interdit les transferts d'argent à l'étranger. Beaucoup de Suisses établis dans ce pays n'ont alors plus pu verser leur contribution volontaire à l'AVS.

(ats)

Ton opinion