France: Les Républicains soutiennent Fillon

Publié

FranceLes Républicains soutiennent Fillon

Le camp de la droite se rallie derrière son candidat malmené, mardi. François Fillon avait lui-même appelé au ralliement.

1 / 47
Le porte-parole de François Fillon se retrouve lui aussi épinglé par «Le Canard Enchaîné» de mercredi. Il aurait fraudé le fisc en ne payant pas tous ses impôts. (Mercredi 15 février 2017)

Le porte-parole de François Fillon se retrouve lui aussi épinglé par «Le Canard Enchaîné» de mercredi. Il aurait fraudé le fisc en ne payant pas tous ses impôts. (Mercredi 15 février 2017)

AFP
Le candidat de la droite à la présidentielle française, François Fillon, a été mis à mal par des accusations d'emplois fictifs visant son épouse, Penelope. Les Républicains ont exprimé leur soutien à Fillon. (Mardi 14 février 2017)

Le candidat de la droite à la présidentielle française, François Fillon, a été mis à mal par des accusations d'emplois fictifs visant son épouse, Penelope. Les Républicains ont exprimé leur soutien à Fillon. (Mardi 14 février 2017)

AFP
A l'issue du second tour de la primaire, c'est François Fillon qui a été plébiscité pour représenter la droite. L'ancien premier ministre a largement vaincu Alain Juppé, avec 66% des voix. (Dimanche 27 novembre 2016)

A l'issue du second tour de la primaire, c'est François Fillon qui a été plébiscité pour représenter la droite. L'ancien premier ministre a largement vaincu Alain Juppé, avec 66% des voix. (Dimanche 27 novembre 2016)

AFP

Les parlementaires Les Républicains ont exprimé mardi leur «soutien unanime» à François Fillon, leur candidat à la présidentielle française déstabilisé par des soupçons d'emplois fictifs, a déclaré son porte-parole. François Fillon avait lui-même réclamé ce soutien.

«On est tous derrière lui», a dit Thierry Solère à l'issue d'une réunion des parlementaires LR, deux semaines après l'ouverture d'une enquête par le Parquet national financier qui a nourri des doutes sur la possibilité pour François Fillon de se maintenir compte tenu de sa chute dans les sondages d'opinion.

«Personne dans notre famille politique ne souhaite autre chose que l'alternance», a ajouté Thierry Solère. Il a parlé d'un «soutien unanime» malgré les critiques essuyées par les parlementaires lorsqu'ils retournent dans leur circonscription. François Fillon a réclamé ce soutien et s'est plaint d'être victime d'un «harcèlement judiciaire».

«Honnêtement, ça serait peut-être plus facile pour moi personnellement et ma famille de ne pas être dans cette compétition aujourd'hui», a-t-il dit selon le texte de son intervention. «Cette décision, je l'ai prise, je ne reviendrai pas dessus».

Il a expliqué qu'ayant gagné la primaire de la droite et du centre, son retrait entraînerait une «crise majeure». Un diagnostic qui est selon lui partagé par ses anciens concurrents, Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, avec lesquels il s'est entretenu. M. Fillon a annoncé qu'il allait déjeuner mercredi avec Nicolas Sarkozy.

(ats)

Ton opinion