Publié

Etats-UnisLes républicains veulent «rouvrir» l'Etat fédéral par étapes

Les républicains de la Chambre des représentants américaine envisagent de voter sur des mini-lois de finances pour rouvrir les agences gouvernementales une par une.

1 / 29
Le bras de fer continue. Barack Obama va opposer son veto à la dernière série de projets de loi républicains, destinés à relancer partiellement les services fédéraux frappés par le «shutdown». (4 octobre 2013)

Le bras de fer continue. Barack Obama va opposer son veto à la dernière série de projets de loi républicains, destinés à relancer partiellement les services fédéraux frappés par le «shutdown». (4 octobre 2013)

AFP
Le groupe de défense américain Lockheed Martin annonce vendredi qu'il mettrait 3000 personnes en congé sans solde à partir de lundi suite à la paralysie partielle des services gouvernementaux. (4 octobre 2013)

Le groupe de défense américain Lockheed Martin annonce vendredi qu'il mettrait 3000 personnes en congé sans solde à partir de lundi suite à la paralysie partielle des services gouvernementaux. (4 octobre 2013)

AFP
Feu rouge devant le Capitole. La paralysie budgétaire américaine pourrait se prolonger jusqu'à la date butoir fixée pour le relèvement du plafond de la dette fédérale. (4 octobre 2013).

Feu rouge devant le Capitole. La paralysie budgétaire américaine pourrait se prolonger jusqu'à la date butoir fixée pour le relèvement du plafond de la dette fédérale. (4 octobre 2013).

AFP

Des élus ont fait savoir mardi, au premier jour de la paralysie de l'Etat fédéral, que des républicains voulaient l'Etat fédéral par morceaux.

Le représentant Peter King a annoncé à l'issue d'une réunion à huis clos du groupe républicain que trois mesures devraient être soumises au vote dès mardi. Elles ont pour but de mettre fin à la paralysie dans les parcs, musées et monuments nationaux, dans le département dédié aux anciens combattants, et pour financer les opérations du District de Columbia, la capitale Washington, qui n'a pas d'autonomie budgétaire.

«Ca ne fait pas de mal, ça maintient la pression, mais au final il faut une loi de finances» totale, a-t-il déclaré.

Les démocrates ont réagi avec circonspection. «Il y a beaucoup d'agences à rouvrir, et je suggère qu'on les rouvre toutes», a dit le démocrate Richard Durbin.

Commision mixte paritaire

La Chambre, à majorité républicaine, réclamait parallèlement au Sénat, dominé par les démocrates, la convocation de l'équivalent d'une commission mixte paritaire, composée à égalité de sénateurs et représentants, pour forger un compromis afin de financer l'Etat fédéral pendant quelques semaines.

Mais le Sénat a rejeté cette demande mardi, les démocrates estimant qu'il s'agissait d'une manoeuvre dilatoire. Ces derniers exigent à la place l'adoption rapide d'un projet de loi de finances simple de six semaines.

(ats/afp)

Votre opinion