Actualisé

Premier anniversaireLes rescapés du Concordia indésirables aux cérémonies

La société de croisières demande aux rescapés de la tragédie de ne pas se rendre au premier anniversaire, dimanche, sur l'île du Giglio, invoquant «des raisons logistiques». Le collectif de naufragés est en colère.

Un an après le drame, l'épave est toujours là et des travaux sont en cours pour dégager l'épave.

Un an après le drame, l'épave est toujours là et des travaux sont en cours pour dégager l'épave.

AFP

Dans son courrier, signé du nouveau patron de Costa Crociere, l'Allemand Michaël Thamm, Costa explique que la journée de commémoration a été conçue comme «un moment dédié aux familles de ceux qui ne sont plus parmi nous aujourd'hui».

«Nous sommes certains que vous voudrez bien comprendre d'une part l'impossibilité - pour des raisons logistiques - de vous accueillir tous sur l'île ce jour-là et d'autre part, le désir d'intimité exprimé par les familles des victimes dans un moment si difficile», indique Costa dans sa lettre aux plus des 3200 passagers qui se trouvaient à bord du Concordia la nuit du 13 janvier 2012.

Selon les médias italiens, la lettre est parvenue entre mardi et mercredi aux rescapés du naufrage dans lequel ont péri 32 personnes.

Dans sa lettre, le patron de Costa exprime au nom de toute la compagnie et ses employés «sa compassion» en disant «partager avec une émotion sincère la douleur et la tristesse» de tous ceux qui ont vécu le drame.

«Inhumain et inacceptable»

Costa propose aux rescapés d'assister à des cérémonies organisées dans leurs pays respectifs. Une célébration œcuménique est ainsi prévue à Paris, à La Madeleine, des messes seront célébrées à Lima et Manille, ainsi que des célébrations musulmanes en Indonésie, hindouistes en Inde ou bouddhiste en Chine.

Mais pour Anne Decré du Collectif des naufragés français qui se rendra au Giglio dimanche avec une centaine de rescapés, Costa a «depuis le début un comportement inhumain et inacceptable». «On achète votre silence en vous proposant 100 euros pour aller à Paris. Cela leur semble bizarre à Costa qu'on veuille accompagner les familles endeuillées», proteste-t-elle dans un entretien téléphonique.

«Les insulaires eux ont compris notre démarche, nous venons aussi pour les remercier de ce qu'ils ont fait pour nous cette nuit-là», explique-t-elle. En revanche, chez Costa «c'est comme s'ils voulaient nous séparer des familles endeuillées alors que nous sommes depuis le début très solidaires entre nous», indique Anne Decré.

Selon elle, le Collectif a demandé dès juillet à Costa ce que la compagnie comptait faire le 13 janvier mais «tout a été organisé au dernier moment». Le collectif a en outre très mal pris l'idée initiale des autorités de les faire repartir par un «dernier ferry» à 18h, alors que les cérémonies culmineront à 21h45 avec une minute de silence et le retentissement des sirènes dans le port.

Finalement les rescapés pourront assister à toutes les cérémonies avant de repartir vers 22h.

(AFP)

Votre opinion