Etats-Unis: Les riches, bénéficiaires des promesses de Trump
Publié

Etats-UnisLes riches, bénéficiaires des promesses de Trump

Le programme fiscal du républicain avantagerait les ménages les plus aisés.

1 / 150
La potentielle première présidente des Etats-Unis, entourée par les deux derniers présidents démocrates Barack Obama et son mari Bill Clinton, le 7 novembre 2016 à Philadelphie. (Mardi 8 novembre 2016).

La potentielle première présidente des Etats-Unis, entourée par les deux derniers présidents démocrates Barack Obama et son mari Bill Clinton, le 7 novembre 2016 à Philadelphie. (Mardi 8 novembre 2016).

AFP
Bruce Springsteen est venu soutenir Hillary Clinton à Philadelphie, le 7 novembre 2016. (Mardi 8 novembre 2016).

Bruce Springsteen est venu soutenir Hillary Clinton à Philadelphie, le 7 novembre 2016. (Mardi 8 novembre 2016).

AFP
Donald Trump a rejoint Mike Pence et sa fille Ivanka (à droite) lors de son avant-dernier meeting de Manchester, dansl e New Hampshire, lundi soir. (Mardi 8 novembre 2016).

Donald Trump a rejoint Mike Pence et sa fille Ivanka (à droite) lors de son avant-dernier meeting de Manchester, dansl e New Hampshire, lundi soir. (Mardi 8 novembre 2016).

AFP

Les baisses d'impôt généralisées promises par le républicain Donald Trump profiteraient principalement aux ménages les plus aisés. Les propositions de la démocrate Hillary Clinton risqueraient, elles, de freiner l'investissement, indique mardi une étude indépendante.

Le programme fiscal du candidat républicain à la Maison Blanche aboutirait «à une baisse d'impôts à tous les niveaux de revenus même si les ménages au revenu le plus haut en seraient les plus grands bénéficiaires», écrit le Tax Policy Center (TPC).

Le 1% des contribuables qui gagnent plus de 3,7 millions de dollars par an verraient ainsi leurs impôts fondre en moyenne de 1,1 million de dollars. Ce qui doperait leur revenu net de 14%, assure le rapport. Le taux maximal d'imposition passerait par ailleurs de 39,6 à 33%.

Enorme cadeau fiscal

Les 20% des ménages les plus pauvres verraient quant à eux leurs impôts réduits de 110 dollars. Ils bénéficieraient ainsi d'une très légère augmentation de leur revenu net ( 0,8%), selon ce document qui fait écho aux accusations d'Hillary Clinton.

Lors du deuxième débat présidentiel dimanche, la candidate avait assuré que le plan de son rival «offrirait aux riches et aux entreprises la plus grande baisse d'impôts jamais accordée».

La proposition du candidat républicain de faire baisser l'impôt fédéral sur les sociétés de 35 à 15% pourrait potentiellement «augmenter le montant de l'épargne et de l'investissement» aux Etats-Unis. Mais il contribuera à creuser la dette du pays de 7200 milliards de dollars d'ici à 2026, soit un bond de 36,5%, selon le TPC.

Dans un communiqué, l'équipe de campagne du candidat républicain a dénoncé une «étude mensongère» fondée sur des données erronées. Elle affirme que les propositions de M. Trump sont «sans incidence» sur les recettes budgétaires américaines et favorisaient les classes moyennes.

Gains minimes

«C'est Hillary (Clinton) qui prépare en secret des faveurs pour Wall Street, pas nous», a également affirmé Stephen Miller, un des conseillers de Donald Trump dans le communiqué.

Selon le Tax Policy Center, les propositions de la candidate démocrate permettront, elles, de réduire la dette de 1600 milliards de dollars en dix ans en augmentant les impôts des plus riches. Les revenus nets de ces derniers fondraient en moyenne de 7,4%, indique le centre de réflexion.

Les gains de revenus pour les autres catégories de la population seraient toutefois minimes, entre 0,1% et 0,6%. «Elle augmente les impôts à un niveau très élevé. Et cela sera un désastre pour le pays», avait accusé Donald Trump lors du débat.

Selon le Tax Policy Center, le plan fiscal de la démocrate risque de décourager les plus riches à «épargner et investir» et aboutirait à rendre le code des impôts «plus complexe».

(ats)

Votre opinion