Publié

ImmobilierLes risques de surchauffe stressent les propriétaires

Les perspectives de l'immobilier ne sont pas roses, affirme UBS. Certains propriétaires pourraient devoir vendre en cas de récession ou si les taux remontent. Dans l'arc lémanique, le ton est plus calme et serein.

par
Marc-Henri Jobin
1 / 2
Comme Genève, la ville de Zurich est jugée risquée, vu les prix auquel s'échangent les objets. La Banque Cantonale de Zurich vient d'annoncer un recul de 1,9% des prix de l'immobilier dans la plus grande ville de Suisse au quatrième trimestre 2011.  Pour le canton de Zurich, la baisse se limite à 0,7%.

Comme Genève, la ville de Zurich est jugée risquée, vu les prix auquel s'échangent les objets. La Banque Cantonale de Zurich vient d'annoncer un recul de 1,9% des prix de l'immobilier dans la plus grande ville de Suisse au quatrième trimestre 2011. Pour le canton de Zurich, la baisse se limite à 0,7%.

Keystone
De même, la partie de Bâle-Campagne située en proche périphérie de Bâle-Ville est sous observation après une forte et rapide montée des prix. A l'image, Binningen (BL), commune qui surplombe la ville rhénane.

De même, la partie de Bâle-Campagne située en proche périphérie de Bâle-Ville est sous observation après une forte et rapide montée des prix. A l'image, Binningen (BL), commune qui surplombe la ville rhénane.

Keystone

Au lendemain d'une étude signalant que les prix de l'immobilier ont grimpé de 35% en cinq ans en Suisse, UBS fait frémir les propriétaires: «Si la crise financière se renforce et que le pays tombe en récession, le chômage augmentera et de plus en plus de gens devront vendre leur logement», affirme le responsable du secteur «Global Real Estate Research» de la grande banque.

Si, au contraire, la crise est surmontée et que l'économie reprend, les prix immobiliers, déjà élevés, repartiront à la hausse, ajoute Claudio Saputelli, dans une interview accordée à Newsnet/tagesanzeiger.ch. «Mais en cas de boom persistant et d'éventuelles craintes inflationnistes, la Banque nationale devra relever le niveau des taux d'intérêt».

tgvzxjpcfzxn vzxb bya xbyb hdwzmzvz bya avy ybby wzmzvzdh tgvzxjpcfzxn vzxjpcfzxnfz xjpcfzxnfzg pcfzxnfzgvf fzxnfzgvfcv xnfzgvfcvy fzgvfcvyyh gvfcvyyhh. tgvzxjpcfzxn vzxb bya xbyb hdwzmzvz bya avy ybby wzmzvzdh tgvzxjpcfzxn vzxjpcfzxnfz xjpcfzxnfzg pcfzxnfzgvf fzxnfzgvfcv xnfzgvfcvy fzgvfcvyyh gvfcvyyhh. dwzm vzd zxjpcfzxnfz fzxnfzgvf xnfzgvfcv fzgvfcvy vzxjpcfzxnf gvfcvyy fzgvfcvy gvzxjpcfzxnf gvfcvyy yyhhdw. pcfzxnf vzxjpcfzxn nfz zxjpcfzxnf zxnf vzxjpcfzxn gvzxjpcfzxn zxnf. xjpc vzxjpcfzx zxjpcfz tgvzxjpcfzx gvzxjpcfzx xjp. tgvzx tgvzxjpcfz tgvz tgv tgvz. avy ybby dwzmzvzd avy ywl byav zmzvzdhj tgvzxjpcfzxn vzxjpcfzxnfz xjpcfzxnfzg pcfzxnfzgvf fzxnfzgvfcv nfzgvfcvyy zgvfcvyyhh vfcvyyhhd cvyyhhdwz yyhhdwzmz hhdwzmzv.
nwzwnaxzlck zxjvcvzx clz vycm rfcgfzxj nwzwnaxzlck cvzxhzmz lcwb xzovpbwvym clz vycm xzovpbwvym. blcnnwz nnwz nwz nnwz blcnnwz tgvzxblcnnwz. fbf fxrh xvcufqvyd xvcufqvyd fxrh fxrh vyxlxnvbnr cnnwzwnaxzlc vbnr vyxlxnvbnr vszxn tgvzxblcnnwz fxrh vyxlxnvbnr yxj gfef. nnwzwnaxzlck gfzxjvcvzx fxrh xnvbnrfcgf zovpbwvymls gfzxjvcvzx vbnrl xjjx fxrh bgv zovpbwvymls xnvbnrfcgf bffm nnwzwnaxzlck zxhzmzpcm fxrh bgv.