Publié

MédicamentsLes risques méconnus des antidouleurs en vente libre

Parce qu’ils sont vendus sans ordonnance, paracétamol, ibuprofène et aspirine sont souvent considérés comme des traitements anodins. À tort! Un mauvais usage peut avoir de nombreuses conséquences.

par
Stéphany Gardier
en collaboration avec planetesante.ch
Les antidouleurs en vente libre doivent être pris avec précaution.

Les antidouleurs en vente libre doivent être pris avec précaution.

iStock

Ils sont dans les boîtes à pharmacie de tous les foyers ou presque, dans un tiroir au bureau, parfois dans le sac de sport. Paracétamol, ibuprofène et aspirine: les antidouleurs disponibles sans ordonnance, ou OTC (over the counter), semblent être nos meilleurs alliés au quotidien. Mal de tête, fièvre, douleur qui se réveille: hop, un comprimé, et ça repart! Mais combien d’entre nous ont déjà pris la peine de lire une seule fois la petite notice bien pliée au fond de la boîte? Ces médicaments qui soulagent nos bobos depuis si longtemps sont devenus des familiers – qu’il serait pourtant bon d’apprendre à mieux connaître.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a établi une échelle à trois paliers pour l’utilisation des molécules contre la douleur. Paracétamol (Panadol®, Dafalgan®, etc.), ibuprofène (Algifor®, Alges®, etc.) et aspirine sont des analgésiques dits «non morphiniques» de palier 1, destinés à la prise en charge des douleurs légères à modérées. Ibuprofène et aspirine sont des molécules différentes mais qui partagent un point commun: toutes deux sont des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), c’est-à-dire qui ne dérivent pas de la cortisone.

Le naproxène sodique (Alève®) et le diclofénac (Voltaren®, Inflamac®, etc.), entre autres, font aussi partie de cette grande famille, mais seules certaines formulations sont disponibles sans prescription.

Pour en savoir plus, consultez le site du Matin Dimanche, www.lematindimanche.ch, sur votre ordinateur personnel, votre tablette ou votre smartphone. L’application Le Matin Dimanche est toujours disponible sur iPad.

Votre opinion