Suisse: Les robots livreurs rencontrent des obstacles

Publié

SuisseLes robots livreurs rencontrent des obstacles

La Poste a dû mettre fin avant l'heure à ses essais pilotes avec ses robots de distribution autonomes. Les vols de drones sont momentanément suspendus.

par
Pascal Schmuck
avec ats
Les petits robots livreurs de La Poste ne sont destinés qu'au dernier kilomètre.

Les petits robots livreurs de La Poste ne sont destinés qu'au dernier kilomètre.

Keystone

L'essai pilote de La Poste avec des robots livreurs a mis en évidence un certain nombre de problèmes. Non seulement la conduite autonome est techniquement plus difficile à réaliser que prévu mais la législation accuse également du retard.

La Poste a dû s'y résoudre et mettre prématurément un terme en janvier 2018 à son expérience de robots de distribution autonomes. Comme le montre son rapport final, une situation dangereuse s'est produite au moins une fois, mais il n'y a pas eu d'incidents majeurs, résume la «NZZ».

Un robot mis à l'essai s'est arrêté sur un passage à piétons au milieu de la route après que le feu de signalisation pour piétons était revenu au rouge. C'est son «chien de garde» qui a dû intervenir pour empêcher les voitures de démarrer.

Problème pour traverser la route

La Poste était en contact avec l'Office fédéral des routes (Ofrou) pour créer «un meilleur cadre juridique», affirme Claudia Pletscher, responsable du secteur «développement et innovation» de La Poste. Mais depuis janvier 2018, plus rien n'a été fait. «Poursuivre l'expérience n'a aucun sens et c'est pourquoi nous avons suspendu les tests», résume-t-elle.

La Poste, pour des raisons de sécurité et de loi, avait dû faire accompagner ses robots par un employé. En outre, le nombre de robots engagés et la quantité d'ordres de transport réels était trop faible pour que l'on puisse se prononcer clairement sur la sécurité et la fiabilité.

Des piétons mécontents

La Poste a également rencontré un autre obstacle, plus inattendu: l'hostilité de la population. L'essai pilote à Zurich a été durement critiqué par les piétons. «Les trottoirs sont réservés aux piétons, comme le dit la loi», souligne Christian Thomas de l'Association zurichoise des piétons. Il critique notamment le fait que les essais se soient déroulés sur les trottoirs simplement parce que la technologie n'est pas encore suffisamment avancée pour que les robots livreurs puissent voyager sur la route.

L'association City Vereinigung qui regroupe des commerçants ne s'est pas montrée plus tendre. Comme l'explique son directeur général Andreas Zürcher, «les trottoirs du centre-ville devraient être accessibles aux piétons et ne pas être bloqués par des engins autonomes. Cela conduit à des situations dangereuses. De plus, nous ne voyons pas encore les avantages pratiques des véhicules autonomes.»

Les drones aussi

Pas plus de pitié pour les essais de drones, dont un des exemplaires de La Poste s'est écrasé dans le lac de Zurich lors d'un essai à la fin janvier. «Tant que quelqu'un court un risque, nous émettrons des réserves.» Certains riverains se sont également plaints du bruit.

Une opposition prise au sérieux par le laboratoire central de Zurich et son directeur Marco Fischer qui a fait changer l'itinéraire d'accès. Mais comme le rappelle le directeur, la livraison par un drone a permis de gagner plus de 40 minutes aux heures de pointe par rapport à la voiture.

Atterrissage d'urgence «réussi»

La Poste a néanmoins suspendu temporairement l'utilisation de ses drones de transport. Comme le précise Claudia Pletscher sur la base d'un rapport préliminaire, l'appareil a effectué un atterrissage d'urgence contrôlé. Tous les éléments de sécurité ont fonctionné comme il se doit, ajoute-t-elle.

Tous les vols de drones ont été suspendus jusqu'aux résultats de l'enquête. C'est une mesure de précaution. Les drones postaux ont effectué jusqu'à présent plus de 3000 vols sans accident à Lugano, Berne et Zurich, a indiqué La Poste.

Les essais à Zurich ont permis de démontrer qu'il faudra encore du temps avant que les robots de livraison et les drones ne jouent réellement un rôle important dans le transport de marchandises. Mais les fronts bougent au niveau législatif. Le Conseil fédéral doit lever les obstacles juridiques à l'introduction de véhicules autonomes dès qu'il existe une preuve de sécurité. En septembre, le Conseil des Etats a envoyé une motion en ce sens.

Les robots postaux testés en intérieur

La Poste compte continuer les tests en intérieur. Dans les grands bâtiments où il faut parcourir de longues distances, le recours aux robots pourrait être une solution, argue Claudia Pletscher. Le géant jaune gère environ 17 millions d'envois par jour. Les robots seraient utilisés uniquement dans certains secteurs de niches.

A l'origine La Poste espérait que ses robots à six roues pourraient livrer officiellement leurs premiers colis cette année après avoir tiré un bilan positif de sa phase de test: entre fin 2017 et 2018, l'engin avait parcouru 800 km sans incident et effectué 200 courses.

Ton opinion