11.03.2013 à 12:48

TechnologiesLes robots ont désormais leur propre internet

Des scientifiques de cinq hautes écoles européennes, dont l'EPFZ, ont développé une plate-forme de cloud computing permettant à des robots d'échanger du savoir et d'effectuer des calculs en ligne.

DR

Les machines peuvent ainsi d'elles-mêmes apprendre de nouvelles tâches.

Le tout fonctionne comme Wikipedia, à la différence que ce sont des robots et non des humains qui utilisent la banque de données en ligne, appelée «RoboEarth». Ils peuvent y trouver des informations sur leurs tâches quotidiennes, approfondir leurs connaissances, mais aussi les partager avec d'autres robots, peut-on lire lundi dans «ETH Life», la revue en ligne de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ).

Mais le savoir ne suffit pas pour adopter un comportement intelligent. Les chercheurs ont donc associé à «RoboEarth» une plate-forme de cloud processing - informatique en nuage - qui leur permet de résoudre des tâches et déroulements d'actions complexes.

Plus légers et plus intelligents

L'idée est de mettre à disposition de chaque robot de grandes quantités de données et capacités de calcul, explique dans «ETH Life» Markus Waibel, de l'EPFZ, responsable du projet «RoboEarth». Cela permet de construire des machines plus légères, plus rapides et plus intelligentes car seule une infime partie des calculs se passe en elles-mêmes. Equipées d'une simple antenne, elles ont accès par réseau sans fil à tout le savoir de la communauté des robots.

Les scientifiques de l'EPFZ développent ainsi des méthodes statistiques visant à apprendre aux robots comment trouver les informations pertinentes parmi la quantité de données à disposition.

La plate-forme d'informatique en nuage est jugée particulièrement intéressante pour les robots mobiles comme les drones ou les véhicules autonomes qui ont besoin d'importantes capacités de calcul pour se rendre à un endroit précis. Mais M. Waibel voit également des utilisations potentielles dans l'industrie et les services, soit les robots qui doivent pouvoir travailler dans un environnement humain.

Libre accès

Différents groupes de recherches universitaires ou d'entreprises utilisent déjà l'informatique en nuage pour des applications en robotique. Mais «RoboEarth-Cloud-Engine» est la première en libre accès, avec déjà plus de 3000 algorythmes à disposition, écrit l'EPFZ. La version alpha sera présentée la semaine prochaine dans le cadre du European Robotics Forum à Lyon (F).

Les chercheurs ont également songé à la protection des données sensibles, par exemple dans le cas de robots utilisés par des entreprises privées ou des hôpitaux. Les utilisateurs pourront doter certains domaines d'un mot de passe, et créer ainsi une sorte d'intranet à l'intérieur du nuage.

Le projet «RoboEarth» est une initiative de scientifiques de l'EPFZ, de l'Université technique d'Eindhoven (NL), de l'université de Stuttgart (D), de l'Université technique de Munich (D), de l'Université de Saragosse (E), avec le partenaire industriel Philips. Il est financé par l'Union européenne.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!