Amérique latine - Les romancières sortent de l’ombre

Publié

Amérique latineLes romancières sortent de l’ombre

La Foire internationale du livre s’ouvre aujourd’hui à Guadalajara. Évènement incontournable du monde littéraire hispanophone, il reflète cette année l’essor des écrivaines.

Fernanda Trias fait partie de cette nouvelle génération de romancières. 

Fernanda Trias fait partie de cette nouvelle génération de romancières.

AFP

Place aux héritières de Garcia Marquez, Vargas Llosa et Sepulveda: du Mexique à l’Argentine, du Pérou au Chili, les femmes sortent de l’ombre dans l’univers très masculin des lettres latino-américaines, qui célèbre ses retrouvailles à partir de ce samedi à la Foire internationale du livre (FIL) de Guadalajara.

Avec le Pérou à l’honneur, des centaines de professionnels du livre sont attendus dans la deuxième ville du Mexique jusqu’au 5 décembre pour l’un des grands rendez-vous de l’achat/vente de droits éditoriaux, après Francfort. «Nous avons des maisons d’édition venues de 48 pays différents, d’Amérique latine, Europe, Taïwan, Corée du Sud», souligne la directrice de la FIL, Marisol Schulz, selon qui Guadalajara n’attend «que» 225’000 visiteurs sur neuf jours contre 828’000 en 2019, en raison des restrictions sanitaires.

Suspendue l’année dernière pour cause de pandémie, la «FIL» va récompenser l’Uruguayenne Fernanda Trias d’un prix Sor Juana Inés de la Cruz pour son roman «Mugre Rosa». Dans son roman traduit en français «La ville invincible» (Héliotropismes), Trias retrace une cartographie intime de Buenos Aires au carrefour de la fiction et de l’autobiographie, où elle croise «des déracinés pour qui la conquête d’un nouvel espace et d’un cercle d’amis sont des conditions de survie». Fernanda Trias incarne l’essor d’une littérature qui s’écrit de plus en plus au féminin en Amérique latine, avec six autres auteures repérées par le réseau de l’AFP: Claudia Piñeiro (Argentine), Alejandra Costamagna (Chili), María Fernanda Ampuero (Equateur), Karina Pacheco (Perou), Djamila Ribeiro (Brésil) et Guadalupe Nettel (Mexique).

Agents littéraires

Longtemps les femmes ont publié dans l’ombre des géants du continent, leur réalisme magique ou leurs engagements politiques: Gabriel Garcia Marquez, Mario Vargas Llosa, Octavio Paz, Pablo Neruda (pour ne citer que des prix Nobel, auxquels il faut ajouter, il est vrai, la poétesse chilienne Gabriela Mistral, lauréate en 1945).

Une exposition dans l’enceinte de la FIL à Guadalajara rend d’ailleurs hommage aux romancières péruviennes qui ont publié à Lima dans les convulsions des années 90 (terrorisme, hyperinflation, coup de force du président Fujimori en 1992, prise d’otages à l’ambassade du Japon en 1997), sans jamais atteindre un centième de la notoriété de Vargas Llosa, tout nouveau membre de l’Académie française. «Comme dans beaucoup d’expressions culturelles, les femmes ont été réduites à l’invisibilité pendant longtemps», affirme à l’AFP la nouvelle ministre de la Culture du Pérou, Gisela Ortiz Perea, qui salue l’avènement «d’une narration féministe»: «C’est un espace qui est en train de s'ouvrir».

Dans la force de l’âge (entre 40 et 60 ans), les romancières latino-américaines savent s’organiser et «réseauter». Quatre d’entre elles (Nettel, Trias, Costamagna et Pacheco) ont recours aux services d’Ident Literary, une agence littéraire new-yorkaise qui représente des auteurs hispano, anglo et lusophones dans le monde entier. Sur le fond des contenus, le succès des femmes peut s’expliquer par le fait que les lecteurs s’intéressent davantage «aux minorités, aux histoires bien plus intimes», d’après la Mexicaine Guadalupe Nettel. «Et les femmes ont toujours été les grandes narratrices de la vie quotidienne, de la vie intérieure», ajoute l’écrivaine dont le récit «Le corps où je suis née» (traduit en français chez Actes Sud) plonge dans les affres du roman d’éducation et de la chronique familiale.

Concept commercial

Existe-t-il une thématique commune parmi les femmes latino-américaines? L’Equatorienne Maria Fernanda Ampuero, installée à Madrid, évoque la violence, la peur, les victimes. Démystifier la maternité et affronter «les différentes formes de violences dont souffrent le corps des femmes» est un thème «inévitable parce qu’il te marque dès la naissance», affirme l’Uruguayenne Trias. La philosophe brésilienne Djamila Ribeiro s’inscrit elle dans le courant plus large des «luttes intersectionnelles» avec son «Petit manuel antiraciste et féministe» traduit en français.

Des auteures rejettent bien entendu la figure journalistique d’un «boom» des romancières latino-américaines, un concept «commercial», d’après l’Argentine Claudia Pineiro. La Chilienne Alejandra Costamagna préfère parler d’un «moment historique» après une longue lutte pour la reconnaissance des femmes. La Péruvienne Karina Pacheco salue une «merveilleuse libération des voix» qui balaie le préjugé selon lequel «une femme ne pouvait pas écrire aussi bien qu’un homme». «Je suis sûre qu’après avoir été réduites au silence pendant des siècles, les femmes ont des choses intéressantes à dire et moi je veux les écouter», conclut Trias.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires