Hockey sur glace: «Les Romands m’ont fait forte impression»

Publié

Hockey sur glace«Les Romands m’ont fait forte impression»

En raison du Covid-19, Patrick Fischer est un sélectionneur national privé de joueurs, d’entraînements et de matches. Le Zougois supervise les matches de championnat et garde l’espoir de pouvoir disputer les Mondiaux en 2021.

par
Cyrill Pasche
Patrick Fischer, le sélectionneur de l’équipe de Suisse. 

Patrick Fischer, le sélectionneur de l’équipe de Suisse.

KEYSTONE

Patrick Fischer, tous les rendez-vous des équipes nationales au mois de novembre ont été annulés. Comment vivez-vous cette situation?

Cette semaine, nous aurions dû être à Krefeld, en Allemagne, pour la Deutschland Cup. Cela fait bizarre d’y penser. C’est dommage, mais renoncer à y aller était la seule option. Nous ne pouvions pas prendre de risques pour la santé des joueurs.

Si la situation n’évolue pas favorablement très rapidement, vous risquez bien d’être privé de toute activité avec l’équipe nationale cette année...

Espérons que le tournoi de Viège, au mois de décembre, pourra avoir lieu. S’il devait aussi être annulé, alors je pourrai me rendre aux championnats du monde juniors à Edmonton pour coacher la sélection suisse (ndlr: Marco Bayer en est l’entraîneur principal). Comme le tournoi juniors aura lieu dans une «bulle», une quarantaine sera nécessaire avant d’y entrer. Si le tournoi de Viège n’a pas lieu, je pourrai m’envoler pour le Canada avec la sélection M20 et j’aurai suffisamment de temps pour remplir ces exigences sanitaires.

La bonne tenue des Mondiaux 2021 en Lettonie et en Biélorussie (où sera basée la Suisse), vous y croyez encore?

Difficile à dire si les Mondiaux pourront avoir lieu l’an prochain. Je reste optimiste. Deux annulations de championnats du monde consécutives, après ceux qui auraient dû avoir lieu en Suisse en mai dernier, cela ferait vraiment beaucoup… J’espère que la situation s’améliorera au cours des deux ou trois prochains mois et que nous pourrons y voir plus clair.

Quel regard posez-vous sur le début du championnat de Suisse?

Je suis allé voir des matches en Suisse pour y observer les candidats à l’équipe nationale. Il n’y a pas eu de grandes surprises, comme le confirme le classement, si ce n’est Davos qui a connu quelques difficultés au démarrage. Pour le reste, les favoris sont aux avant-postes, la logique est plus ou moins respectée.

Quelles équipes vous ont-elles le plus impressionné?

Les Romands: Lausanne, Genève et FR Gottéron. Ces clubs m’ont vraiment fait une forte impression. Surtout Lausanne, qui va très, très bien actuellement. En voyant les transferts réalisés à l’intersaison, avec les départs de deux joueurs importants comme Vermin et Moy, j’étais très curieux de voir ce que cela donnerait. Je dois dire que j’ai été épaté par cette équipe et en particulier par Denis Malgin, qui joue de façon souveraine avec le LHC.

Denis Malgin, à qui vous avez d’ailleurs rouvert la porte de la sélection, n’est-ce pas?

Oui, il faisait partie des quelques joueurs qui avaient écopé d’un «carton jaune» avec l’équipe nationale. Mais ce chapitre est derrière nous désormais et tous sont à nouveau les bienvenus avec la sélection. Seul Simon Bodenmann (Zurich Lions) ne souhaite plus porter le maillot de l’équipe nationale à l’avenir. Denis Malgin est encore relativement jeune (23 ans), et son potentiel est immense. J’ai beaucoup aimé son attitude et la façon dont il a joué avec le LHC jusqu’ici. Il a été impressionnant.

L'attaquant lausannois Denis Malgin a impressionné le sélectionneur national Patrick Fischer.

L'attaquant lausannois Denis Malgin a impressionné le sélectionneur national Patrick Fischer.

KEYSTONE

Ton opinion

7 commentaires