Humeur: Les Romands sont différents et c'est très bien ainsi!
Publié

HumeurLes Romands sont différents et c'est très bien ainsi!

La présidente du PLR Suisse pointe du doigt la «différence»de mentalité des Romands autour de l'affaire Maudet. Et alors ? Tant mieux.

par
Eric Felley
La présidente du PLR Suisse a-t-elle mis les pieds dans le plat en évoquant une certaine «différence» des Romands dans le traitement des affaires politiques ?

La présidente du PLR Suisse a-t-elle mis les pieds dans le plat en évoquant une certaine «différence» des Romands dans le traitement des affaires politiques ?

Keystone

Faut-il s'offusquer des propos, au demeurant très nuancés, de la présidente du PLR, la Lucernoise Petra Gössi, au sujet des Romands qui auraient un sens différent vis-à-vis de l'Etat, ou plus largement vis-à-vis d'une certaine moralité politique ? Certains parlementaires vaudois ont dénoncé des propos «blessants» ou un «dérapage».

La faute et la réparation

Ces propos, qui font suite à l'affaire Maudet et à l'assemblée de mardi, n'ont pourtant rien de scandaleux. Une moralité différente n'est pas une moralité moindre ou supérieure, elle est simplement différente. Les Alémaniques sont plus rigides, ils ont une appréciation plus stricte de la faute et de la réparation. Les Romands peuvent être plus souples, mais ils ont aussi le sens de la faute et de la réparation. Ainsi Géraldine Savary a démissionné, Yannick Buttet aussi.

Ame et conscience

On reproche à Pierre Maudet un gros mensonge dans l'exercice de sa fonction. Lui estime que ce mensonge est bel et bien une «grosse erreur», mais qu'elle ne suffit pas à détruire l'ensemble de son engagement pour la chose publique. Il demande une assemblée et il faut bien constater que les membres de son parti sont divisé en deux camps d'égale force. Chacun peut apprécier en son âme et conscience. Tant mieux si c'est cela qui fait la différence entre les deux côtés de la Sarine.

Les PLR romands votent différemment

En Suisse alémanique, notamment sous la pression de l'UDC, la tendance est forte pour défendre une forme de sévérité sociale. Les vertus de la sanction automatique sont préférées à la pondération des juges. L'UDC vient d'ailleurs de proposer un durcissement des sanctions pénales, où la durée de la peine maximale passerait de 20 ans à 60 ans! Parfois, l'esprit germanique se meut dans cette espace étroit qu'est celui de la tolérance zéro. En Suisse romande, il existe un état d'esprit qui résiste à cette conception de la vie sociale. Il n'est pas l'apanage d'un parti, il faut partie d'une certaine culture humaniste et judiciaire. On voit régulièrement au Parlement, des élus PLR romands défendre cette sensibilité contre la sensibilité alémanique du groupe. Et parfois cela permet de notable victoire.

Votre opinion