Actualisé

TrainsLes Romands veulent booster la liaison Vevey-Berne

Trente parlementaires soutiennent une proposition de Frédéric Borloz pour une liaison régulière de Vevey à Berne. L'expérience de cet été a fait ses preuves.

par
Eric Felley
Selon la proposition du syndic d'Aigle, Frédéric Borloz, la liaison entre Vevey et Berne peut être améliorée, soit par une correspondance Vevey-Fribourg, soit en passant par le train des vignes, via Palézieux.

Selon la proposition du syndic d'Aigle, Frédéric Borloz, la liaison entre Vevey et Berne peut être améliorée, soit par une correspondance Vevey-Fribourg, soit en passant par le train des vignes, via Palézieux.

Keystone

Aujourd'hui, pour aller d'Aigle à Berne en train, il faut compter presque deux heures, alors qu'en voiture il suffit d'une bonne heure. Entre Vevey et Berne, il faut compter une heure et demie de train et cinquante minutes en voitures. Pour le syndic d'Aigle et conseiller national Frédéric Borloz (PLR/VD), «il est évident que l'offre ferroviaire actuelle peine à concurrencer la route, même si l'on parvenait encore à réduire le temps de parcours entre Lausanne et Berne.»

Durant l'été dernier, l'interruption totale des trains entre Puidoux et Lausanne durant plusieurs semaines a obligé les CFF a mettre en place une offre de substitution avec des RE à deux étages entre Vevey et Fribourg. Pour Frédéric Borloz: «Cela a permis de découvrir que des solutions pourraient être mises en place pour offrir une vraie alternative à l'automobile. La démonstration est ainsi faite que des solutions simples sont techniquement possibles. Le temps effectif de déplacement entre Aigle en voiture ou en train serait le même, soit une heure et cinq minutes.»

Le conseiller national vaudois a déposé un postulat soutenu par 30 de ses collègues romands, tous partis confondus: «Le Chablais et la Riviera comptent ensemble près de 200 000 habitants et plus loin cette solution concerne aussi les habitants du Valais, Vaud et Fribourg.»

Entre 2 et 8 millions d'investissements

Pour lui, la meilleure solution est le prolongement de la ligne S1 du BLS entre Berne et Fribourg jusqu'à Veyey avec un terminus à Saint-Maurice: «Ainsi, il n'y aurait aucun changement pour les voyageurs. D'après l'étude effectuée par des ingénieurs en la matière, il y aurait un aiguillage à changer, ce qui coûterait entre 2 et 8 millions de francs. Une autre solution serait d'emprunter le train des vignes, mais là les voyageurs du Chablais devraient changer deux fois, à Vevey et à Palézieux.»

Un manque à gagner pour Lausanne ?

Dans un premier temps, cette ligne fonctionnerait aux heures de pointe, mais il n'est pas exclu qu'elle trouve une cadence plus régulière. Il reste que les CFF sont justement en train de renforcer la gare de Lausanne. Ne risquent-ils donc pas de voir d'un mauvais œil si la clientèle du Chablais et de la Riviera contournent la capitale vaudoise ? «Peut-être, soupire le Vaudois, mais les CFF doivent être compétitifs vis-à-vis de la route. Cette proposition égalise les temps de parcours selon que l'on choisisse la route ou le rail. Il faut du bon sens et de l'efficacité dans les choix.»

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!