Cyclisme: Les Slovènes contre le reste du monde au Tour de France

Publié

CyclismeLes Slovènes contre le reste du monde au Tour de France

Les duettistes slovènes devraient mener la danse au Tour de France, qui commence ce vendredi. Pogacar et Roglic ont pris une option sur les deux premières places du podium.

par
Jean Ammann
Tadej Pogacar (à dr.) lors de la présentation de son équipe, mercredi à Copenhague.

Tadej Pogacar (à dr.) lors de la présentation de son équipe, mercredi à Copenhague.

AFP

«À part deux ou trois Slovènes, le reste est jouable», a déclaré Marc Madiot, le manager de Groupama-FDJ, à la veille du Tour de France. Va-t-on assister au triplé de Tadej Pogacar? Primoz Roglic aura-t-il surmonté le complexe d’infériorité que nourrit son prodigieux compatriote? Peut-on espérer d’Aleksandr Vlasov, vainqueur du Tour de Romandie, qu’il crée la surprise?

Tadej Pogacar (UAE Emirates)

Tadej Pogacar.

Tadej Pogacar.

AFP

On lui reproche son sourire, qui serait comme une marque de mépris envers l’adversité: «Je n’y peux rien, je souris dans l’effort», avait-il plaidé l’année passée, au sortir de son deuxième Tour de France triplement victorieux (maillot jaune, maillot à pois, maillot de meilleur jeune). Il a soigné sa forme et son moral en gagnant le Tour de Slovénie, avec deux étapes dans sa besace, quand Geraint Thomas se préparait sur le Tour de Suisse et Primoz Roglic sur Le Dauphiné Libéré. Il a complété son approche du Tour par un stage en altitude, à Livigno. Quatrième du Tour des Flandres derrière Mathieu van der Poel, vainqueur cette année des Strade Bianche, de Tirreno-Adriatico et du Tour des Émirats, Tadej Pogacar (23 ans, 1,76 m, 66 kilos) éclabousse de sa classe tout le peloton, dont il est le numéro 1, comme en atteste le classement UCI. Son équipe, UAE Emirates, est moins impressionnante que les Jumbo-Visma ou les Ineos, mais Pogacar a prouvé par deux fois qu’il n’avait besoin de personne pour remporter la plus grande course par étapes du monde.

Primoz Roglic (Jumbo-Visma)

Primoz Roglic.

Primoz Roglic.

AFP

Son palmarès devrait l’immuniser contre toute défaillance: triple vainqueur de la Vuelta, double vainqueur du Tour du Pays basque et du Tour de Romandie, champion olympique du contre-la-montre, vainqueur sortant de Paris-Nice et du Critérium du Dauphiné… Primoz Roglic (32 ans, 1,77 m, 65 kg) paraît armé pour contester Tadej Pogacar et son effronterie juvénile. Le passé récent contredit le palmarès: en 2020, lors de l’avant-dernière étape, favori du contre-la-montre de la Planche des Belles Filles, il perd 1’56’’ en 36,2 km sur Pogacar et doit se contenter de la deuxième place. En 2021, victime d’une chute, il abandonne au soir de la huitième étape, dans le déluge du Grand-Bornand. Cette saison, des ennuis de genou ont contrecarré son approche du Tour. Au sein de sa propre équipe, l’armada Jumbo-Visma, il doit affirmer son autorité face à l’ambition naissante de Jonas Vingegaard, surprenant dauphin de Pogacar en 2021.

Jonas Vingegaard (Jumbo-Visma)

Jonas Vingegaard.

Jonas Vingegaard.

AFP

Dévoué à son leader, Primoz Roglic, Jonas Vingegaard rappelle Christopher Froome au temps de Bradley Wiggins: le respect de la hiérarchie lui interdit tout affront. Ainsi, dans l’ultime étape du Critérium du Dauphiné, Vingegaard est paru supérieur à Roglic, ce que le classement général dément (1er Roglic, 2e Vingegaard): «Je suis toujours resté dans l’ombre de Primoz et j’ai toujours préféré ça», avait-il confié. Le Danois de 25 ans avait surpris le peloton en terminant deuxième du Tour de France 2021, suppléant Roglic, contraint à l’abandon. Il n’avait dû sa présence qu’au forfait de Tom Dumoulin. Il avait frappé les esprits dès la 5e étape, en terminant 3e du contre-la-montre de Laval, à 27 secondes de Roglic et seulement 8 secondes du spécialiste Stefan Küng. Cette année, il ne pourra pas compter sur l’effet de surprise, lui qui avait lâché Pogacar dans les dernières pentes du Ventoux.

Geraint Thomas (Ineos)

Geraint Thomas.

Geraint Thomas.

AFP

À 36 ans, certes, Geraint Thomas (1,83 m, 71 kg) ne peut plus prétendre au maillot de meilleur jeune et dans l’organigramme d’Ineos, il n’apparaît qu’en deuxième position, derrière Daniel Martinez. Vainqueur du Tour de France en 2018, lorsqu’il battit – excusez du peu! – Tom Dumoulin et Chris Froome, Thomas reste sur une victoire au Tour de Suisse et son ancien équipier, Bradley Wiggins, a déclaré que le peloton aurait tort de sous-estimer le Gallois: «Il est très sous-coté. Vous n’attendiez pas grand-chose de lui cette saison et soudain, il surgit à deux semaines du Tour. C’est incroyable.» Et Bradley Wiggins ajoute: «J’ai toujours été son plus grand fan!» Tous les ans, il claque une course World Tour: le Tour de Romandie en 2021, le Tour de Suisse cette année.

Aleksandr Vlasov (Bora-hangsrohe)

Aleksandr Vlasov.

Aleksandr Vlasov.

AFP

Il était en tête du Tour de Suisse, il précédait de quelques secondes Jakob Fuglsang et Geraint Thomas au soir de la 5e étape, lorsque le Covid faucha ses rêves de victoire. Le virus fut le seul grain de sable dans une saison orientée sur le Tour de France: 4e du Tour des Émirats, 3e du Tour du Pays basque et 1er du Tour de Romandie, son premier succès World Tour. Aleksandr Vlasov (1,86 m, 68 kg) découvre le Tour de France et la question est de savoir comment il aura récupéré du Covid. Il a trouvé une nouvelle dimension en passant d’Astana à Bora-hangsrohe: au mois de février déjà, il a remporté le Tour de Valence, battant au bout de cinq étapes Remco Evenepoel et Carlos Rodriguez. Les analystes du cyclisme rangent Vlasov dans les excellents grimpeurs et les rouleurs honnêtes.

«Geraint Thomas surgit à deux semaines du Tour. C’est incroyable.»

Bradley Wiggins, vainqueur du Tour de France 2012
La carte du Tour de France 2022.

La carte du Tour de France 2022.

AFP

Ton opinion