Jura: Les solvants ont eu la peau de l'écrevisse à pattes blanches
Actualisé

JuraLes solvants ont eu la peau de l'écrevisse à pattes blanches

Un chantier complexe servira à dépolluer en deux ans un ruisseau actuellement canalisé par un tuyau vétuste, sous une ancienne décharge.

par
lematin.ch
Le ruisseau du Tramont passe sous l'ancienne décharge de Rosireux.

Le ruisseau du Tramont passe sous l'ancienne décharge de Rosireux.

Office jurassien de l'environnement.

Depuis 1962 et pendant vingt ans, le site du Rosireux a fait office de décharge communale de Bassecourt, troisième commune jurassienne, avec une grave conséquence constatée aujourd'hui: la pollution des eaux souterraines et du ruisseau du Tramont.

Les déchets entreposés étaient principalement issus des ménages et des chantiers de l'époque, mais pas seulement: «La part de déchets industriels n'est pas non plus négligeable», précise le l'Office jurassien de l'environnement.

Fond du vallon

La biologie du cours d'eau est affectée par la présence de solvants chlorés en relativement fortes concentrations. Résultat: l'écrevisse à pattes blanches, espèce rare présente dans les ruisseaux alentours, a disparu du Tramont.

Autre époque, autre pratique: «Ce ruisseau a été mis sous tuyau afin de procéder au dépôt des déchets dans le fond du vallon», rapportent les autorités jurassiennes. La conduite est aujourd'hui fortement endommagée et le risque qu'elle s'effondre localement est jugé réel.

Lessivage constaté

Or, en cas de rupture du tuyau, les ingénieurs pronostiquent une infiltration des eaux du ruisseau dans le corps de la décharge, avec pour conséquence une augmentation du lessivage déjà constaté des polluants.

Un projet à 2,7 millions a été élaboré pour stopper les impacts en aval, dans la Rouge Eau puis la Sorne. La mesure la plus urgente consiste à remettre le cours d'eau à ciel ouvert.

«Une barrière étanche de 5 à 10 mètres de profondeur sera construite en bordure du cours d'eau afin de maîtriser les écoulements d'eaux souterraines polluées», précise l'Office de l'environnement.

Pas une option

Une installation de traitement des eaux issues de la décharge est également planifiée. L'excavation des déchets n’est pas une option jugée «pertinente ni finançable». Mais à moyen terme, d’autres mesures d'assainissement devront être évaluées pour les eaux souterraines.

Le crédit sera soumis au Parlement. Le canton dirigera ce chantier complexe et financera la moitié des coûts. La Confédération assumera 40% de la facture et la commune 10%.

Vincent Donzé

L'état des lieux du canton

«Le canton n'est pas épargné par la problématique des sites pollués. Plus d'une centaine d'anciennes décharges communales et de sites industriels ont fait l’objet d’une investigation. Le canton possède une bonne vue d’ensemble des sites et des priorités d’action. Les sites pollués portant une atteinte inacceptable à l'environnement (sites contaminés) doivent être assainis jusqu'en 2040. Environ 20 sites sont concernés et devront faire l’objet de mesures particulières (sur 1'100 sites pollués recensés)».

Votre opinion