Sondage: Les Suisses moins inquiets de l’inflation que leurs voisins 

Publié

SondageLes Suisses moins inquiets de l’inflation que leurs voisins 

Seul un Suisse sur sept effectue des achats maintenant, anticipant une hausse de prix future. En Allemagne et en Autriche, ils sont plus d’un sur quatre.

Pour l’heure, les Suisses sont moins alarmés par la situation que les Allemands et Autrichiens.

Pour l’heure, les Suisses sont moins alarmés par la situation que les Allemands et Autrichiens.

20min/Simon Glauser

Achetez-vous maintenant des choses que vous pourriez acheter plus tard parce que vous vous attendez à ce que leur prix augmente? Telle est l’une des questions posées dans un sondage pour le compte de Digitec Galaxus dont les résultats ont été publiés vendredi. L’étude compare les réponses des Suisses, des Allemands et des Autrichiens. Et les premiers semblent les moins inquiets de l’inflation actuelle. 

À la question ci-dessus, 14,3% des Suisses disent oui, contre 27,4% des Allemands et 27,9% des Autrichiens. Peu de différences sont à noter parmi les répondants suisses, hommes ou femmes, jeunes ou plus âgés ou en fonction des revenus. Seule variable qui montre un écart significatif: les Romands semblent plus enclins à planifier. Ils sont 22,7% à avoir répondu oui contre 11,7% seulement des Suisses alémaniques. 

Suisse relativement épargnée

Globalement, en Suisse romande, la population a l’air un peu plus préoccupée qu’outre-Sarine. Les Romands sont par exemple plus nombreux à dire comparer plus souvent les prix de différentes offres pour un même produit (58,6%) que la part des Alémaniques (50,1%) qui le font. Là encore, les Allemands (80,8%) et les Autrichiens (76,1%) sont les plus méticuleux avant de faire des achats. 

Comme le mentionne le sondage, les chiffres sont à mettre en relation avec les chiffres actuels de l’inflation. Elle tourne autour de 2 à 4% selon les mois en Suisse (3,4% en juin), mais se rapproche plutôt des 7 ou 8% en Allemagne et en Autriche. Ces différences de niveau expliquent les résultats d’une troisième question au sondage, qui concerne ce à quoi s’attendent les populations. Allemands et Autrichiens voient un avenir plus sombre que ce qu’imaginent les Suisses.

(ywe)

Ton opinion

7 commentaires