Actualisé

terrorisme«Les Suisses ne sont bons qu'à être décapités»

L'Irakien, soupçonné de préparer en Suisse un attentat avec deux membres de l'État islamique, n'est pas tendre avec sa terre d'asile. Il aurait déclaré qu'il était là pour tuer et non pas pour convertir.

par
Philippe Messeiller
Une milice de l'Etat Islamique en Irak. Selon les autorités fédérales, l'accusé Ousama M. a apporté son soutien à l'organisation terroriste.

Une milice de l'Etat Islamique en Irak. Selon les autorités fédérales, l'accusé Ousama M. a apporté son soutien à l'organisation terroriste.

AP

Soupçonné d'avoir préparé un attentat en Suisse ou en Europe, l'Irakien Oussama M. restera en prison. Les autorités fédérales ont décidé de prolonger une nouvelle fois sa détention. Et à lire ses déclarations que le «TagesAnzeiger» s'est procurées, on peut les comprendre. «Les chrétiens suisses ne sont bons que pour la décapitation, pas pour le prosélytisme», aurait lâché ce membre présumé de l'Etat islamique lors d'une audition.

Pour les autorités suisses, Oussama M. était clairement en train de préparer une action en Suisse pour le compte de l'organisation terroriste avec l'aide de deux complices. L'Irakien «est totalement en phase avec les activités de l'Etat islamique et se considère comme un de ses membres», écrit le Tribunal pénal fédéral. Il se décrit comme un combattant respecté qui a participé à des batailles.

Suite à une blessure

Oussama M. a été accueilli en Suisse après une grave blessure en Irak. Il souhaite retourner dans son pays une fois sur pied. Actuellement, il se déplace en chaise roulante. Et même s'il a été soigné et qu'il touche l'aide sociale, il est virulent avec la Suisse. Selon les autorités fédérales, l'accusé a apporté son soutien à l'Etat islamique, notamment pour des transferts de fonds. Il aurait aussi eu des contacts avec un membre influent Abu al-Muhajir Akkab, recherché par Interpol. Oussama M. était aussi chargé de mettre en place une cellule terroriste en Suisse chargée de préparer des attentat ici ou en Allemagne .

L'Irakien, comme ses deux complices, clame leur innocence depuis des mois. Aucune de ses demandes de libération ne lui a été accordée. En fait, sa détention préventive vient même d'être prolongée jusqu'au 20 septembre au moins.

Ton opinion