Actualisé 11.04.2018 à 20:36

Les Suisses sont nombreux à anticiper leur fin de vie

Santé

Une étude nationale montre que 80% des personnes interrogées réfléchissent concrètement au traitement et à la prise en charge dont elles aimeraient bénéficier en fin de vie.

par
Communiqué / K.A.
Keystone

Préparer sa mort est un acte de vie plutôt difficile. Et pourtant, les Suisses sont nombreux à anticiper leur fin de vie. Selon une étude de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), 82% des personnes interrogées pensent à leur fin de vie de temps à autre ou régulièrement et 66% ont déjà parlé avec quelqu'un de la mort. Ces aspects de la sensibilisation sont moins prononcés chez les hommes que chez les femmes. Par ailleurs, les personnes ayant un niveau de formation élevé ont tendance à davantage parler de ces questions.

L'étude révèle encore que plus des deux tiers (68%) ont déjà pensé au traitement et à la prise en charge dont ils aimeraient bénéficier. Environ la moitié des sondés estime qu’il est nécessaire d’aborder cette question suffisamment tôt, lorsqu’on est encore en bonne santé. Seuls 8% des personnes interrogées ont discuté de leurs souhaits avec un professionnel de la santé.

Les soins palliatifs ont la cote

La popularité de la notion de «soins palliatifs» a également été mesurée. Les résultats peuvent être comparés avec ceux d’un sondage similaire mené par l’OFSP en 2009. Ils indiquent que la part de la population suisse qui a connaissance des soins palliatifs est passée de 48 à 59%. Cette augmentation est nette en Suisse alémanique surtout, où la popularité de la notion a progressé de 37 à 55%. Dans la région francophone, 73% des sondés connaissent ce type de médecine sous le nom de «soins palliatifs».

Par ailleurs, le recours aux offres de soins palliatifs varie selon les régions de Suisse. Les personnes interrogées de Suisse romande et italienne déclarent avoir bénéficié de ces offres pour leur entourage proche à hauteur de, respectivement, 70 et 48%, alors qu’en Suisse alémanique, la proportion est de 37%.

94% des sondés reconnaissent la pertinence des soins palliatifs.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!