Retraite: Les Suisses sont ouverts à une réforme du 2e pilier
Publié

RetraiteLes Suisses sont ouverts à une réforme du 2e pilier

Selon une étude publiée mercredi, les Suisses sont prêts à faire des efforts pour maintenir le 2e pilier.

Alors qu’une éventuelle réforme est en discussion à Berne, 78 % des assurés estiment qu’elle est nécessaire, alors qu’ils n’étaient que 59% en 2016.

Alors qu’une éventuelle réforme est en discussion à Berne, 78 % des assurés estiment qu’elle est nécessaire, alors qu’ils n’étaient que 59% en 2016.

Photo d’illustration/Keystone

Quatre assurés sur cinq considèrent qu’une réforme de leur prévoyance professionnelle est nécessaire, d’après une étude menée par Axa Investment Managers. Conscients de «la gravité de la situation», de plus en plus de Suisses sont ouverts à la réduction des pensions et à un relèvement de l’âge de la retraite.

Les lignes ont bougé et les Suisses paraissent aujourd’hui ouverts à des propositions qui ont longtemps été impopulaires, d’après un communiqué publié sur l’étude de l’institution mercredi.

Défis démographiques

Si la réduction des pensions reste la solution la moins populaire, plébiscitée par seulement 23% des personnes interrogées dans le cadre de l’étude, c’est bien plus que les 15% questionnés deux ans plus tôt.

«Il est frappant de constater que l’âge de la retraite plus élevé et que les pensions plus faibles sont plus facilement acceptées aujourd’hui qu’autrefois. C’est probablement une conséquence du fait que la réalité de l’état du 2ème pilier et les défis démographiques et économiques auxquels sont confrontés les fonds de pension deviennent de plus en plus importants», observe Werner E. Rutsch, membre du conseil d’administration d’AXA Investment Managers.

L’extension du système

Alors qu’une éventuelle réforme est en discussion à Berne, 78 % des assurés estiment qu’elle est nécessaire, alors qu’ils n’étaient que 59% en 2016. Pour les responsables de l’étude, un autre élément surprenant est la progression de l’idée de solidarité parmi les personnes interrogées.

Une personne sur trois envisage ainsi l’extension du système de répartition du premier pilier au deuxième de manière temporaire. Les raisons les plus fréquemment invoquées sont le financement de la prévoyance professionnelle, la solidarité des jeunes générations actives par rapport aux anciens et parce que les pensions seraient déjà particulièrement faibles.

«La discussion sur le deuxième pilier est en mouvement, conclut Werner E. Rutsch. Les mesures de réforme qui, il y a quelques années encore, n’étaient pas très bien accueillies, bénéficient d’un soutien croissant. Il semble que le peuple suisse ait reconnu, au moins partiellement, la gravité de la situation».

(ATS/NXP)

Votre opinion