12.12.2013 à 12:07

Les Suisses sont plutôt contents de leurs paysages

Environnement

Les habitants des zones rurales de la Suisse trouvent le paysage de leur commune de résidence plus beau et plus authentique que les citadins.

Une vue de Lavaux.

Une vue de Lavaux.

Keystone

Les Suisses sont plutôt satisfaits de leurs paysages. C'est ce qui ressort du programme Observation du paysage suisse (OPS) de l'Office fédéral de l'environnement (OFEV), dont le 2e rapport intermédiaire a été publié jeudi.

Ce programme lancé en 2008 examine, à l'aide de 34 indicateurs, l'évolution du paysage et sa perception par la population. Le suivi scientifique est assuré par l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL).

Ce rapport présente les résultats de 12 nouveaux indicateurs. Il inclut notamment un sondage national représentatif réalisé par le WSL auprès de 2800 ménages. Les questions portaient sur la perception de la beauté du paysage dans la commune de résidence, sur sa spécificité et sur la fascination qu'il peut exercer, ainsi que sur la qualité de l'environnement résidentiel.

En général, les habitants de la Suisse trouvent le paysage de leur commune de résidence plutôt beau, unique en son genre et fascinant. De nettes distinctions apparaissent néanmoins: la perception est bien meilleure en milieu rural que dans les régions densément peuplées, a indiqué l'OFEV dans un communiqué.

La qualité du paysage est appréciée plus positivement dans les villes que dans les communes suburbaines, qui obtiennent la moins bonne évaluation. Il semble que la mutation rapide du paysage de ces zones dans les dernières décennies ait laissé des traces dans la population.

Emissions lumineuses

Les résultats indiquent en outre que les émissions lumineuses continuent d'augmenter en Suisse, avec un accroissement de 70% entre 1994 et 2009. Les surfaces bénéficiant de l'obscurité nocturne diminuent, notamment sur le Plateau et dans le Jura, où on ne trouve plus de nuit vraiment noire.

Le programme a également intégré un nouvel indicateur concernant les «zones sans installations»: seul un quart du territoire est encore exempt de tout élément artificiel tel que construction ou installation. Ces zones sont situées principalement dans l'arc alpin; elles ne représentent plus qu'environ 2% de la superficie totale du Jura et moins de 0,5% de celle du Plateau.

Pour la première fois également, des données sur l'accessibilité des cours d'eau et des lacs sont disponibles. La proportion de rives libres d'accès varie selon les régions, mais elle est partout supérieure à 80%. Sur le Plateau, plus de 30% des berges librement accessibles sont situées à moins de 20 mètres d'un sentier pédestre.

Une oeuvre de pionnier

L'observation du paysage doit permettre selon l'OFEV de savoir non seulement comment il se transforme, mais aussi si ces modifications sont perçues de manière constante ou s'il se produit un changement de valeurs. La Suisse dispose avec ce programme d'un outil unique en Europe.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!